Initialement prévue l’an dernier, mais remis pour cause de maladie, la formation américaine Kamelot c’est rendu à l’Imperial hier soir (Jeudi 3 Septembre) pour nous présenter sa toute nouvelle œuvre The Great Pandemonium en compagnie de nul autre que l’ex-chanteur de Rhapsody of Fire, Fabio Lione au chant en remplacement de Roy Khan et de Simon Simons, la grande chanteuse de Epica comme spécial guest tel un cadeau pour la longue attente que les fans on du subir suite à l’annulation de la tournée. Le tout mettait aussi en scène les pirates de Alestorm, la formation brulée mainte fois Blackguard et pour la première fois sur une grande scène de Québec les musiciens de Montréal The Agonist qui ont notamment tournée avec Otep dans la dernière année.

‘’Montez le son tabarnack’’ s’exclame le bassiste de The Agonist pendant l’intro juste avant que se pointe du haut de ces 110 livres mouillées la chanteuse Alissa White-Gluz pour nous donner une bonne correction. Vêtue d’un corset et portant un chapeau haut forme ornée de lunette dite goggle elle nous fait les plus grands hits du groupe, mais aussi 2 nouvelles chansons qui paraitront sur leur nouvel album présentement en préparation . Une prestation de 30 minutes qui nous donne envie d’en avoir beaucoup plus.

Pour sa première prestation à Québec, le groupe Écossait de Alestorm était attendu de pied ferme par les fans de métal folklorique pirate. Un nouveau public, beaucoup plus jeune que la majorité des gens venue voir Kamelot. Beaucoup de gens sont venus expressément pour sa déguisée en pirate avec même par moment des perroquets en peluche sur l’épaule. ‘’We are here to drink your beer and fuck your women’’ s’exclame le chanteur, clavier à la main. Une prestation vraiment énergique et une musique folklorique digne des grands contes de pirate et les amateurs en redemandent sans cesse. L’impérial en branle par moment tellement que les jeunes s’en donnent à cœur joie sur le parterre. 45 minutes d’accordéon et de métal. Un passage qu’on ne peut passer sous silence.

La salle se vide peu à peu, preuve que Alestorm ont attiré leur lot de fan qui ne veulent pas nécessairement voir Kamelot. Peut-être pas assez mature pour comprendre tout l’art du groupe. Une chose est sûre, c’est qu’ils vont manquer tout qu’un spectacle. La scène est gigantesque digne des grande tournée qu’on avait plus l’habitude de voir dans le début des années 2000 avec les Bling Guardian,Cradle Of Filth,Dimmu Borgir,helloween et Dragonforce de ce monde. La scène est orné d’un drapeau qui fait l’arrière au complet à l’effigie du dernier album, 2 drapeaux de chaque coté et une énorme batterie montée sur podium reliant par 2 ponts de brique 2 autres tremplins ou était situé une choriste. Rule the World commence le spectacle avec l’intro orchestrale de la chanson. Tous ont bien hâte de voir et surtout d’entendre Fabio. Le voici enfin, s’exprimant en français ‘’ça va bien?’’ et nous enchaine Ghost Opera. WOW, est le mot sur les lèvres de tous. Plusieurs étaient sceptiques, mais Fabio relève le défi avec brio et nous fait même oublier que ce n’est pas lui qui a originalement chanté ces pièces. Malgré quelque problème de son notamment au niveau du chant et des solos de guitare, le groupe enchaine avec The Great Pandemonium avec la chanteuse du groupe Suedois Amaranthe, Elyze Ryd au back vocal. ‘’Merci de tout mon cœur’’ lance Lione avant de nous jeter tous parterre et briser ceux qui avait encore un brin de doute en nous chantant The Human Stain. Il n’y a plus aucun doute maintenant. Fabio peut sans aucun doute devenir le nouveau chanteur de Kamelot. Il a passé le test et a monté dans l’estime de plus d’une personne. Il n’est plus seulement le chanteur de Rhapsody of Fire maintenant. Center of the Universe sur l’album Epica suit avec la belle Elyze qui se présente sur un des podiums vêtus d’une cape à capuchon blanc. Elle se présente ensuite directement sur la scène avec Fabio pour chanter en duo Abandoned. Une très belle performance vocale. When the Light are Down de l’album Black Halo et Soul Society se succèdent pour ensuite faire place à un solo de clavier des plus remarquables. On comprend maintenant QUI rend le tout si magique et orchestral. EdenEcho suit juste avant la grande surprise de la soirée. Les musiciens montent au côté de la batterie pour faire tout la place à The Haunting (Somewhere in Time) chanté par nul autre que Simone Simons en compagnie de Fabio. Il y a t-il vraiment une chanteuse présentement dans le métal qui a une prestance et un charisme qui égale celui de Simone? Je me le demande. Les quelques jeunes en boisson qui reste s’en donnent à cœur joie dans le pit question de déranger les autres qui tente de contempler toute la splendeur de cette grande dame. Seulement pour le temps d’une chanson, Simone quitte pour faire place au grand hit Necropolis suivi d’un solo de batterie. La configuration de la salle de spectacle de l’impérial peu quelquefois être utilisé avec originalité par les différents groupes qui y passe. C’est donc sur un des balcons que le guitariste apparait pour interpréter Forever avec une intro de guitare formidable. Fabio en profite pour faire chanter la foule ‘’formidable, magnifique, géniale. Je vous remercie de tout mon cœur’’ termine Fabio avant de chanter les dernières notes. Un premier rappel est donné suite à l’acclamation monstre de la foule qui en redemande. Le bassiste se présente seul sur la scène pour nous montrer tout son savoir-faire et comme on dit ‘’ça sonne en …’’ la basse retentie et fait vibrer tout la salle avant que la formation réintègre la scène et nous offre Karma pour quitter une 2em fois la scène. La chanson qui a commercialisé le plus le groupe dans les dernières années n’a pas encore été jouée et les fans le savent. C’est donc qu’une femme se présente sur scène, les yeux bandés avec à la main des baguettes de batterie et nous tape la rythmique de March Of Mephisto. Mais qui donc viendra chanter la partie de chant originalement chanté par Shagrath le chanteur de Dimmu Borgir? Tel un coït interrompu, c’est le chanteur de Blackguard qui vient briser tout la magie avec sa voix de truie étranglée et son hyperactivité légendaire. On peut même prétendre sans l’ombre d’un doute qu’on n’entend absolument rien de sa performance. Fabio vient quand même sauver les meubles et terminer le tout avec professionnalisme et nous remercie encore une fois en français.

Un spectacle à la hauteur de la longue attente. On peut maintenant estomper tous les doutes et les soupçons. Fabio Lione a été adopté par les amateurs du groupe et peut devenir sans crainte le nouveau chanteur de Kamelot. Il a su capter et cerner toute l’ampleur et la subtilité de la voix de Roy. Rien de mieux pour un groupe qui continue à évoluer pour le mieux au fil du temps. Reste seulement à espérer les voir à l’affiche avec d’autres groupes de leur trempe pour la prochaine tournée.