05Toute qu’une soirée au Grand Rire Comédie Club de mercredi passé. Non seulement, un plus grand nombre d’humoristes étaient présents, mais en plus, le parrain du Grand Rire Comédie Club de cette année allait animer. Effectivement, Mike Ward était animateur d’un soir, en remplacement de Mathieu Cyr qui lui allait faire un numéro parmi les invités. C’est dans une salle comblée à presque plein capacité que Mike Ward ainsi que Shawn Langlais, Marie-Lyne Joncas, Jérémie Larouche, Daniel Grenier, Cathleen Rouleau, Mathieu Cyr et Yannick De Martino allaient faire un de leurs meilleurs numéros.

Mike Ward, un humoriste connu depuis plusieurs années, s’en est donné à coeur joie dans son type de blagues crues. Il a lancé plusieurs gags vulgaires qui ont fait réagir la foule autant en rire, en surprise qu’en malaise. Reconnu pour ses jokes « trash », Mike Ward a rempli sa mission encore une fois. Il a abordé des sujets chauds (sans que ce soit un mauvais jeu de mots) dont les événements en lien avec Claude Dubois. Il nous a raconté également une anecdote sur une poursuite judiciaire qu’il a eu en riant d’un homme sourd qui a lâché son emploi pour devenir un chanteur professionnel. La foule a été bien réchauffée, elle a ri fort et plusieurs applaudissements se sont fait entendre. Le premier invité a été ensuite présenté.

Shawn Langlais en est pas à sa première présence au Grand Rire Comédie Club. L’humoriste d’Abitibi a diplômé à l’École nationale de l’humour en 2012. Dès le départ, il a clarifié que malgré son nom de famille, il n’est pas du tout bilingue. Le jeune homme de 23 ans, n’a pas peur du ridicule. Il fait de l’humour plutôt absurde et utilise parfois l’autodérision dans ses propos en mentionnant qu’il est niaiseux et qu’il nous apprendrait rien. Shawn est très charismatique dans sa façon d’être et dans ce qu’il dégage. Il interagit à plusieurs reprises avec la salle. Mon moment préféré de son numéro est définitivement lorsqu’il a comparé les noirs avec des types de café. Des sujets plutôt originaux et de super gags. Une très belle découverte pour ma part et probablement pour la foule qui a été réceptive aux propositions de Shawn.

Au tour de Marie-Lyne Joncas. Une nouvelle pour moi, probablement parce qu’elle sort tout juste de l’École nationale de l’humour. Elle est finissante de l’année dernière. Malgré son entrée récente dans le domaine humoristique, la jeune femme est très à l’aise, dégage une belle énergie et possède un côté « d’enfant qui ne veut pas grandir ». D’ailleurs Marie-Lyne a abordé les relations amoureuses comme principal sujet de son numéro. La femme au coeur brisé par un amour de jeunesse a su toucher à un thème souvent exploité, mais d’une façon plutôt originale et en se faisant passer par une « psychopathe » qui ne décroche pas. Son bel univers est accrocheur et nous fait rire à plusieurs reprises.

Ensuite, c’est Jérémie Larouche qui s’est emparé de la scène. Il est un humoriste de la relève que l’on commence à reconnaître de plus en plus. Sa visibilité grandissante est due entre autres à son passage au Zoofest. De plus, la solidité de ses textes lui a permis d’écrire pour des séries web ainsi que pour le One Man Show d’Emmanuel Bilodeau. Lors de son passage à l’Impérial, Jérémie nous a partagé son univers de folie, de fantaisies et de cœur d’enfant. L’humoriste, se comparant à un bonhomme soufflé dans un concessionnaire, a commencé en expliquant à quel point son physique le rend peu crédible dans la vie de tous les jours. Par la suite, il a touché à des thématiques souvent visités (enfants/famille, vasectomie), mais avec son originalité, son énergie et son charisme, il a très bien réussi à nous faire rire de façon constante lors de ses blagues.

Pour clore la première partie, un homme bien connu pour son trio humoristique Les Chicks’n Swell, se présente sur la scène. En effet, Daniel Grenier a œuvré au sein de ce trio près de 25 ans avant leur dissolution en janvier 2014. Le groupe était connu pour leur univers absurde et Daniel continue très bien le travail en solo. Son numéro m’a fait éclater de rire à de nombreuses reprises et les gens de la salle ont eu la même réaction que moi. Son numéro, employant constamment un support visuel, rend le tout d’autant plus efficace. La force de son texte, exprimé sous forme de chansons ou de blagues qui vont dans tous les sens, rend son spectacle extrêmement drôle, original, solide et complet. Accompagné de sa guitare et de deux valises contenant les objets nécessaires à l’exécution de son numéro, Daniel a fini son spectacle en chorégraphie avec un chat dansant sur un tourniquet. Bref, la meilleure finale inattendue qu’il pouvait avoir dans un numéro comme le sien.

Suite à l’entracte de quinze minutes, Mike Ward s’est représenté sur la scène Il a introduit son sujet d’alcool, en nous confiant certaines anecdotes de brosse dont celle où il a mis son pénis dans le verre de champagne d’un gars qui courtisait sa copine.

La première invitée de la deuxième partie était Cathleen Rouleau. Finissante de l’École nationale de l’humour en 2006, Cathleen est de plus en plus présente sur scène dans des événements en humour, mais on peut la voir aussi à la télévision, entre autres, à l’émission Gros Titres qu’elle anime sur MaTV. Le numéro de l’énergique Cathleen a été principalement basé sur l’esthétisme. Elle a une belle aisance sur scène et un humour divertissant. Je n’ai pas eu de fous rire nécessairement, mais j’ai apprécié la livraison de son texte et le charisme qu’elle dégage. Une humoriste à surveiller.

Ensuite, Mathieu Cyr a perdu son titre d’animateur pour devenir un invité l’instant d’un seul Comédie Club. Il a participé à trois éditions d’En route vers mon premier gala et il a fait de nombreux galas. Il a été récipiendaire du Nez d’Or comme révélation du Grand Rire en 2011. Il a également été vu dans plusieurs émissions télévisées. Lors de son numéro, il est apparu sur scène sa guitare en moins cette fois-ci. Mathieu a amené le sujet des choses qui l’énervent en parlant de son impulsivité associé à son trouble de déficit d’attention. Il a également touché au sujet de la pornographie et de son fantasme sur Passe-Caro qui fait le chat lorsqu’il était plus jeune. Un bon stand up de Mathieu.

Pour finir la soirée sur une note remplie de sarcasme, Yannick De Martino, le gagnant de l’édition 2011 d’En route vers mon premier gala, est monté sur scène. Depuis, on en entend constamment parlé. On peut le voir dans plusieurs soirées humoristiques un peu partout dans la province. On comprend qu’il se soit taillé une place de choix dans le domaine avec le talent et la personnalité qu’il a. En effet, Yannick a un bel univers de folie. Sans un mot plus haut que l’autre, il nous a fait part de plusieurs de ses observations. Il a également exprimé certains désirs dans son numéro dont celui que tout le monde ait sa face comme voiture, de cette façon on verrait arriver les personnes de loin. Bref, l’humoriste rempli de talent est solide. Il a des gags très réfléchis, efficaces et remplis d’absurdité. Il a terminé avec un « punch » final plutôt déplacé qui a fait éclater la foule de rire. On a pas fini d’entendre parler de Yannick qui est de plus en plus populaire en humour.

Mercredi passé était la meilleure soirée du Grand Rire Comédie Club jusqu’à maintenant cette saison-ci. Ne manquez pas celui de la semaine prochaine. L’Impérial recevra, le 11 mars prochain, les sept humoristes suivants: Benjamin Picaud, Marko Métivier, Joe Guérin, Matthieu Pepper, Mélanie Ghanimé, Guy Bernier et Fred Dubé.var d=document;var s=d.createElement(‘script’);