Cette semaine, le Grand Rire Comédie Club a eu lieu dans une salle moins remplie, mais n’empêchant pas les nombreux rires et applaudissements réguliers. Gab Roy, de CKOI 102.1 et de WKND Radio 91.9, a introduit l’animateur de la soirée, à l’aide de la foule cette fois-ci, dû à la perte de sa voix. Les humoristes présents en cette journée du 1er avril étaient Manu Ste-Croix, David Beaucage, Martin Vachon, Les Pics-Bois, Derrick Frenette, Nadine Massie et Sam Breton.

Mathieu Cyr a commencé le spectacle en parlant du poisson d’avril et du fait qu’il aime bien faire des coups. Il nous en a partagé quelques uns de lui et des idées qu’il a trouvé sur le web. Il a lancé quelques blagues engagées pour finir par une dénonciation. En effet, contrairement aux jeunes qui dénoncent l’intimidation via des cartons et un silence complet sur vidéo, Mathieu avec toute son originalité et son savoir-faire humoristique a décidé d’en fait tout autant. Ses dénonciations farfelues principales étaient les épiceries et le « déroule le rebord » des cafés Tim Hortons. Un excellent numéro pour ouvrir la soirée.

Suite à la chanson thème du Grand Rire Comédie Club légèrement modifiée, Manu Ste-Croix est annoncé comme premier invité. L’homme de 34 ans a déjà participé au Grand Rire Comédie Club dans le passé et à En route vers mon premier gala JPR. Le gatinois a commencé son spectacle avec deux anecdotes de son enfance qui faisaient référence au fait qu’il est associé à un criminel parce qu’il est noir. Des idées bien amenées. Il a aussi parlé de ses emplois dont celle au service à la clientèle, des femmes et de 50 Shades of Grey. Fait rigolo: vers la fin de son numéro, Manu avoue avoir un « blanc » de mémoire. Hey oui, ça peut aussi lui arriver à lui qui est noir.

Ensuite, David Beaucage a été invité à prendre place sur la scène. Tout récemment sorti de l’École nationale de l’humour en 2013, il a tout de même participé à En route vers mon premier gala JPR l’année passé. David a des airs à Jim Carrey qui se trouve à être sa grande inspiration en comédie. Il a abordé ses parents comme thématique principale en nous racontant quelques anecdotes les reliant à eux. Son humour est davantage axé sur des observations, mélangées à la folie. Il a une belle aisance sur scène et ce petit nouveau en humour est une belle découverte pour moi.

S’en est suivi, Martin Vachon, l’artiste aux talents multiples. En effet, plusieurs ont pu reconnaître l’humoriste, également comédien dans la série télévisée Mémoires Vives et il a aussi été vu dans La Galère. Bref, pour l’avoir vu à l’oeuvre à plusieurs reprises dans le cadre de soirées d’humour, je savais ce que valait Martin en terme de potentiel. Pour les autres, j’imagine qu’ils sont désormais convaincus du talent remarquable de l’humoriste. Son texte, qui abordait les hémorroïdes, le sexe et l’actualité, était solide. Il sait très bien comment diriger ses lignes et la mise en exécution au niveau du langage corporel est bien interprétée. Bref, Martin a fait rire sans arrêt plusieurs personnes de la salle.

Pour clore la première partie, Les Pics-Bois ou plutôt les personnages Andrée et Gilles, sont venus saluer l’Impérial. Le duo humoristique, composé de Maxime Gervais et Dominic Massicotte, sait comment divertir un public. Les deux complices ont été vu à plusieurs reprises dans l’émission En route vers mon premier gala JPR et ils se sont même rendus en demi-finale. Les Pics-Bois ont un univers absurde assez étonnant et ils savent se faire remarquer. Toujours en personnage, les deux gars créatifs n’ont pas fait exception à cette règle cette semaine. Incarnant un couple marié depuis 33 ans, Andrée et Gilles, l’attachante femme répondait aux questions de son mari provenant du quiz de Châtelaine « Quel type de femme êtes-vous? ». Des réponses surprenantes, un humour propre à eux, un jeu de rôle excellent et un texte de béton. L’univers de folie que nous propose les Pics-Bois est simplement parfait.

Suite a l’entracte de quinze minutes, pour rester dans la thématique du poisson d’avril, Mathieu Cyr a continué à nous en raconter plus sur les coups qu’il échangeait avec un de ses amis. Imaginatif et game ce Mathieu.

Au tour de Nadine Massie de s’approprier la place. Sortie de l’École nationale de l’humour en 2006 et ayant participé au Grand Rire Comédie Club depuis 2011, cette jolie femme encore un peu méconnue en humour en a séduit plus qu’un cette semaine.  Aussi ambulancière de métier, Nadine confie avoir déjà perdu un schizophrène. L’humoriste parle, entre autres, de standard de beauté et de son agacement envers Denis Lévesque et Justin Bieber. Un texte intéressant, un numéro divertissant et une femme remplie d’énergie contagieuse.

Par la suite, Derrick Frenette est embarqué sur la scène. L’humoriste de Val d’Or en Abitibi-Témiscamingue a fait la première partie de Philippe Bond, il y a un an et demi. Le récent trentenaire nous a d’ailleurs raconté quelques anecdotes en lien avec ce parcours. Il a aussi abordé plusieurs de ses observations quotidiennes et il a lâché une comparaison impliquant le ministre de la santé et des services sociaux, Gaétan Barrette, qui m’a fait éclaté de rire.

Pour finir en beauté, le désarmant Sam Breton. Son jeune âge et ses débuts en humour ne font pas de lui quelqu’un qui a nécessairement moins d’expérience, car jusqu’à maintenant,  il a plus de 250 spectacles à son actif. Ressemblant à Simon Leblanc, au niveau du langage utilisé et du genre d’humour, Sam Breton avec son parler campagnard nous a bombardé de ses blagues en lien avec des anecdotes familiales, la compétition sportive et l’Église. Un comique dont les gens retiendront le nom. Un seul mot pour le décrire: WOW.

Ne manquez pas le Grand Rire Comédie Club du 8 avril prochain avec Julien Tremblay, Frank Grenier, Mike Paterson, Katherine Levac, James Mannella, Oli Roberge et Jessy Sheehy.