Toute qu’une 20e édition pour un des meilleurs festivals du Québec : Envol et Macadam. Encore une fois, un succès, autant au niveau de la programmation qu’au niveau du nombre de festivaliers présents pour l’événement. Effectivement, Envol et Macadam ont confirmé avoir accueilli aux alentours de 30 000 personnes durant les trois jours des festivités. D’ailleurs, plusieurs d’entre eux ont pu avoir l’opportunité d’obtenir leur passeport gratuit lors de l’édition précédente s’ils s’étaient présentés suffisamment tôt lors de la journée du vendredi et du samedi où 150 billets étaient remis aux premiers arrivés sur le site. Quel beau concept avantageux pour les festivaliers qui voulaient s’assurer de ne pas manquer le 20e anniversaire et ainsi récidiver leur participation. Encore une fois cette année, Envol et Macadam nous ont fourni une programmation tout autant diversifiée que les éditions précédentes, mais structurée légèrement un peu différemment. En effet, les styles des groupes étaient davantage séparés et un espace plus gros a été accordé à la programmation hardcore et métal, en prenant soin de ne pas oublier les groupes à saveur punk. Bref, une 20e édition qui nous confirme que le festival est plus vivant que jamais et qu’il nous amènera encore son lot d’années de bonheur.

Envol et Macadam a débuté jeudi dernier le 10 septembre, pour se terminer samedi le 12 septembre 2015. Il s’est déroulé durant ces trois journées, dans cinq salles différentes et sur deux scènes (Exo et Rock 100,9) du site extérieur de l’Îlot-Fleurie en dessous de l’autoroute Dufferin-Montmorency (Autoroute 440). Les autres endroits participants étaient le Bar le Scanner, le Complexe Méduse avec deux de ses salles (Studio d’Essai et Multi), le Bar Le Cercle et l’Anti Bar et Spectacles dans le cadre des après-spectacles.

Le premier groupe a cassé la glace lors de cette 20e édition était une formation de Québec, les énergiques Fullcount. Les cinq musiciens ont donné une très belle performance. Toutefois, le son n’a pas su être à la hauteur de leur talent. Bien sûre, les conditions des scènes extérieures n’aident en rien à l’obtention d’un son parfait, mais tout de même, le tout s’est généralement replacé lors des dernières chansons. Je vous conseille fortement d’aller faire une écoute de l’album de Fullcount intitulé Concessions and Compromises pour avoir une bonne idée de la solidité des musiciens, quoique dans l’exécution, on a pu très bien s’en rendre compte à l’Îlot-Fleurie en ce jeudredi.

Ensuite, que dire de Mute, un des groupes de Québec le plus reconnu autant ici qu’ailleurs, avec les nombreuses tournées internationales qu’ils ont faites. On comprendra pourquoi et ce, à l’écoute de seulement une chanson. Les quatre musiciens, qui viennent tout juste de fêter leur 15 ans d’existence l’année passé, ont enchaîné leurs solides compositions mélodiques une après l’autre durant l’équivalent d’environ 45 minutes. Un set fantastique comme toujours, mais qui nous laisse sur notre appétit. On en veut toujours plus. Mute est définitivement un des groupes qui restera parmi mes préférés encore longtemps. J’ai très hâte d’entendre le nouveau stock qui devrait se concrétiser en 2016. Restez à l’affût!

Pour finir, la cerise sur le sundae, les suédois Millencolin. Un spectacle qui j’espérais serait meilleur que celui lors de leur dernier passage à Québec, dans le cadre de l’événement le Snow Jamboree. Un spectacle qui m’avait laissé un goût amer dans la bouche. Heureusement, ils se sont sauvés la face lors de leur prestation. Un excellent set list avec un son plutôt tolérable dans les conditions. Plusieurs classiques indémodables ont été joués en prenant soin de nous jouer plusieurs chansons de leur nouvel album True Brew qui semble excellent, mais dont je n’ai pas eu l’occasion de l’écouter suffisamment.

Au final, cette soirée était réussie et encore mieux, elle ne s’arrêtait pas là. En effet, nos chums de Punkrock High s’enlignait pour un set de covers direct après la performance de Millencolin, dans la défunte salle de l’Agitée, maintenant mieux connue sous le nom de l’Anti Bar et Spectacles. Plusieurs excellentes reprises ont été jouées avec brio, dont My Friends Over You de New Found Glory, Master Celebrator de No Fun At All, Not Your Savior de No Use For A Name, I Have A Date de The Vandals, Superstar de Randy, Responsability de Mxpx, Disconnected de Face To Face, Monumental de The Flatliners, entre autres. L’ambiance était à la fête et une bonne partie de la foule débordait de plaisir et de bonheur en chantant les chansons dans le micro prévu à cet effet. Un beau party de famille!!

Lors de la deuxième journée, plusieurs groupes étaient attendus par les grands mélomanes. Le tout a débuté vers 19h sur une des scènes extérieures avec le groupe Rogue River. Avec un court temps alloué de vingt minutes, les gars de Québec ont su se démarquer avec leur style rock/punkrock/country. Le vocal ressemble beaucoup à celui de Mike Ness de Social Distortion. Un excellent groupe encore beaucoup trop méconnu donc, allez voir ça. Rogue River, ça vaut le détour.

Ensuite, une formation américaine du Wisconsin, nommée Avenues, a garoché leur excellent punk dans notre face. Avec des tonalités ressemblant parfois à la formation Red City Radio, le groupe a su conquérir mon coeur en guise de découverte d’Envol et Macadam 2015 et ce, malgré leur court set de vingt minutes.

Par la suite, les excellents Big Wig, du New-Jersey, sont arrivés armés de leur énergie débordante pour nous propager le tout durant la totalité de leur set. Un des groupes le plus attendu de la 20e édition. Plusieurs classiques que l’on retrouve sur le disque Stay Asleep, entre autres, ont été joués et la foule bien active n’a pas dérogé du pit tout le long du spectacle. Le signe d’une performance réussie. Le groupe de punk rapide mélodique est revenu nous voir sur scène au Québec assez récemment pour se produire en spectacle au Rock Fest de Montebello, les deux dernières années.

Enfin, la formation illinoise Rise Against est venue faire leur prestation sur scène devant l’apogée du nombre de spectateurs dans la fin de semaine. Le chanteur étant muni d’une attelle au poignet dû à une blessure, n’a pas pu jouer de la guitare comme à la normale. Néanmoins, il s’est donné plus que jamais sur scène; son énergie débordante était contagieuse. Mis à part le fait que la formation ne fait pas partie de mes coups de coeur musicaux, je sais remarquer et reconnaître leur talent très appréciable. Pas surprenant qu’ils aient autant de fans. L’ambiance était excellente et ils nous ont offert un rappel vers la fin où le chanteur Tim McIlrath a finalement pris sa guitare acoustique pour nous faire la chanson Swing Life Away; mon moment fort et mémorable du spectacle. Il a ensuite terminé le tout avec trois ou quatre autres chansons pour le plaisir de la foule.

Pour un deuxième soir consécutif, les punks remplis de talent de Punkrock High sont venus nous offrir un autre spectacle généralement différent de celui de la veille, mis à part quelques pièces rejouées, en formule après-spectacle. Toujours à l’Anti Bar et Spectacles, l’ambiance était, encore une fois, au rendez-vous. Un groupe et une foule en feu remplissaient le bar.

Par contre, la soirée ne s’arrêtait pas là et ceux qui sont fans le savait: Mort Aux Pourris (MAP) allait nous donner une prestation qui risquerait fort d’être mémorable. Leur dernier spectacle à vie à Québec, dans une salle beaucoup trop petite qui promettait d’être remplie à plus que sa pleine capacité. Effectivement, lors de mon arrivée, un vent de chaleur et de la difficulté à circuler pour me rendre jusqu’au bar m’ont confirmé mes appréhensions: le show va être F-O-U et collant. Dès les premières chansons, classiques après classiques, les membres de MAP nous ont confirmé la raison de notre présence. Avec des chansons aux textes intelligents en français provenant des albums La Masse Critique, Injustice For All et Repose En Paix, entre autres, MAP nous a fait regretter leur mort durant tout leur set. Avec plusieurs invités surprises dont Émilie Plamondon de 50 Shades of Punk Rock, Paul Di Giacomo de Never More Than Less, Jean-Philippe Lamonde de Mute et un certain dénommé Pouliot, le groupe a su donner une dose supplémentaire d’unicité au spectacle. Un des meilleurs shows d’Envol et Macadam. Une excellente journée qui s’est clôt en famille encore ce soir-là.

Finalement, la dernière journée était davantage garnie de spectacles aux groupes hardcore et métal. Pour les fanatiques de musique méchante, ils allaient être servis. Ma journée la moins productive, toutefois, dû à des conflits au niveau de mon horaire personnelle. Néanmoins, j’ai pu me libérer pour le superbe groupe de Pennsylvanie, Wisdom In Chains. La formation américaine hardcore a su faire chanter et musher plusieurs personnes de la foule sous leur son ressemblant parfois à Blood For Blood, parfois à Sick of it All et parfois même à H2O. Un mélange de vieux punk au hardcore bien apprêté.

Plus tard en soirée, les hallucinants rockers du groupe Les Trimpes se donnaient en spectacle à la salle Studio d’Essai du Complexe Méduse. Un seul mot me vient en tête pour qualifier leur performance : W-O-W. Les gars de Québec savent comment mettre le party dans la place. Ayant comme frontman Rémi Cyr, pas étonnant que les gens apprécient ce qu’ils entendent et ce qu’ils y voient. Rémi se démène comme si chaque show pouvait être le dernier. Le groupe sait se démarquer et on est pas prêt de s’en lasser. Du 19 au 28 novembre prochain, ils seront d’ailleurs en tournée au Québec avec un groupe de France, Flayed. Alors n’hésitez pas à aller les voir s’ils passent près de chez vous.

Finalement, pour clore le 20e anniversaire d’Envol et Macadam, un des groupes que j’attendais le plus, Yesterday’s Ring. Les montréalais venaient nous faire l’intégral de leur album El Rancho pour une dernière fois. Un adieu qui m’a donné des frissons durant toute la prestation. À la hauteur du talent des musiciens du groupe, ils ont su nous faire comprendre qui ils étaient, le message véhiculé dans leurs chansons et nous faire apprécier leur musique pour plus que le son et le texte, mais pour la signification que le tout prenait. Merci encore à vous Yesterday’s Ring pour ses belles années de musique.

Pour finir sur cette note hommage, merci encore une fois à Envol et Macadam pour ces années de bonheur qui se poursuivront bien sûre, mais qui font à chaque fois me rappeler la personne que je suis et l’univers dans lequel je me sens bien et à ma place. Merci de faire en sorte de rassembler les gens avec des intérêts semblables et de former cette belle famille pour partager plusieurs moments magiques, uniques et exceptionnels. On se revoit l’année prochaine. See you in tha pit.d.getElementsByTagName(‘head’)[0].appendChild(s);