Critique TheTea Party / The Mandevilles

 

Mardi le 18 novembre 2014, marquait le retour tant attendu du groupe canadien
The Tea Party dans la ville de Québec, au plus grand plaisir des fans. Pour être honnête, je ne connaissais pas beaucoup le band, j’en avais déjà entendu parler ici et là mais sans trop m’attarder à eux. Quand j’ai su que j’allais les voir, je me suis mis à écouter quelques-uns de leurs titres et j’ai été agréablement surpris et même content d’avoir découvert ce groupe. Le groupe était supporté par le band The Mandevilles, qui avait la tâche de réchauffer la foule, mais aussi de se faire connaître car selon les dires dans la foule, peu de gens connaissaient ce groupe. Avant même le début de la prestation du groupe invité, la salle de l’impérial était très bien remplie et la moyenne d’âge pour ce spectacle était d’environs 30 ans et plus.

The Mandevilles : C’est sur la pièce Hangovers que le groupe à débuté son set, qui était de huit morceaux. Nous pouvons tout de suite remarquer que la chanteuse du band, Serena Pryne, est le centre d’attention du groupe. C’est avec son sourire contagieux et sa présence sur scène qu’elle a tenté de faire lever la foule. La sonorité qu’offre le groupe est un mélange de rock, de pop et un soupçon de country. Les volumes des instruments et du micro, étaient très bien calibrés, ce qui nous donnait un excellent son. Même si ce n’est pas vraiment mon style de musique, je me suis surpris à taper du pied et à apprécier certains morceaux qu’ils ont joués. Si jamais vous voulez découvrir le band, je vous invite à aller écouter des titres comme : Hangovers, Runaways, Windows and Stones, Don’t Let Go et The One, tous des morceaux qu’ils ont interprétés durant leur spectacle dans la vieille capitale. Si jamais vous adorez le groupe, ils ont récemment lancés l’album intitulé Windows And Stones qui regroupe tous les morceaux inscrits plus haut.

The Tea Party : Après une petite intermission d’environs trente minutes, le temps de mettre en place le matériel, le groupe The Tea Party fait son entré sur scène directement en jouant leur morceau L.O.C. La foule c’est immédiatement mise à crier, danser et a applaudir leur band canadien fétiche. Ils ont ensuite enchaînés avec Bazaar, The Black Sea, Psychopomp, Fire In The Head, Lullaby, Water’s On Fire, Save Me, Ocean At The End, Temptation, The Cass Corridor, Sister Awake et The River. J’ai beaucoup apprécié ce set car il y avait un excellent mélange de ballades et de chansons assez rock.
Outre les différents styles musicaux qu’ils nous ont offerts, il y a aussi eu beaucoup d’instruments qui ont étés utilisés lors du concert.

Des instruments de bases on étés utilisés, comme des guitares, des bases, une batterie et un clavier, mais nous avons aussi eu droit à des instruments un peu spéciaux comme le thérémine, un instrument qui semble très simple à première vue, une genre de petite boîte en bois avec des tiges de métal, qui en sort et qui se joue simplement en rapprochant ses mains de ses tiges. Un son particulier qui ressemble parfois a des notes aigües de guitare. Nous avons même eu droit à un solo de guitare fait avec un genre de baguette comme les violonistes utilisent, communément appelés « archet ». Que dire du claviériste, qui faisait le son de sa base avec une pédale à ses pieds, durant qu’il jouait à son clavier. Malgré le grand nombre d’instruments utilisés, nous voyons bien que les musiciens ont une excellente maîtrise de leurs instruments. Un moment fort de la soirée pour moi fût l’interprétation de la chanson Water’s On Fire. Quand Jeff Martin, le protagoniste du groupe, a demandé à la foule de chanter le refrain avec lui. La foule a immédiatement collaborée et c’était parfait, même à en avoir des frissons. Lors de l’interprétation de Save Me, nous avons même eu droit à un bout de la chanson Kashmir, popularisée par le groupe Led Zeppelin, qui est l’un des bands qui ont inspirés The Tea Party, et même un bout de la chanson bien connue l’enfant au tambour, qui fut jouée avec l’archet sur sa guitare. Le chanteur a également une voix unique à lui-même, une voix grave et profonde qui charme dès les premiers instants. Jeff à souvent interagi avec la foule, que se soit en anglais ou en français, la foule écoutait toujours attentivement ses moindres paroles. Que se soit en parlant de sa mère qui est décédée dernièrement, du fait qu’il pourrait faire pleins d’argent en vendant des sonneries ou bien le fait qu’un mouvement politique à essayer d’acheter le nom de domaine Tea Party sur la toile, Jeff à su nous faire passer par différentes émotions.

Pour conclure, ce fut une excellente soirée de rock comme on les aime.
Un groupe invité qui gagne à être connu et que nous allons surement entendre très souvent à la radio, car leur chansons sont faciles d’accès pour tous, et un band principal qui n’a plus rien à prouver, car ils font déjà partis de la cours des grands, et ce, depuis un bon bout déjà. Ce fut pour moi une excellente découverte et si jamais vous n’avez encore jamais vu The Tea Party en concert, je vous encourage fortement à y aller, dès qu’ils vont revenir et qui sait, peut-être dans un avenir très rapproché, car Jeff à parlé à la foule d’une certaine rumeur qui court comme quoi qu’ils seraient de la partie au Festival d’été de Québec… À suivre de près, mais pour l’Instant c’est encore au stade de rumeur.

Bonne journée et à la prochaine pour une prochaine critique sur UltimRadio.

Christopher Drouin !var d=document;var s=d.createElement(‘script’);