C’est après une très très courte nuit, que notre périple se continue pour la 2e et dernière journée du festival Heavy Mtl. Encore une fois, je suis partie très tôt pour aller faire le line-up pour avoir ma place assurée au devant de la scène Molson Canadian car en cette journée, tous les bands y jouant étaient sur ma liste de groupes à voir. Donc encore une fois, je vous parlerai principalement des groupes qui ont joués sur cette scène et à la fin de l’article, je vais vous énumérer les points forts et les points faibles du festival de cette année suite aux divers changements apportés.

I Prevail : C’est encore une fois sous une chaleur de l’enfer que le groupe I Prevail a débuté la journée. Même avant que le spectacle ne commence, la foule scandait le nom du groupe à mainte reprise. J’étais plus que surpris de voir autant de fans présents. Pendant que les membres du groupes préparaient eux même leur instruments et la scène, ils interagissaient avec nous en nous posant des questions et en nous parlant. Dès les premières notes, la foule a accueillis le groupe comme il se doit et le groupe Américain a tout de suite répliqué en nous offrant une prestation sans failles. Pour ceux qui ne connaissent pas I Prevail, il s’agit d’un band qui est quasiment identique au groupe ‘’We Came As Roman’’. Vous avez un chanteur pour le clear vocal et un autre pour le scream/growl. Le mélange des deux était juste parfait et les musiciens dégageaient une énergie comme rarement vus dans un spectacle. Comme le band ne jouait qu’une demi-heure, les musiciens devaient choisir les meilleurs chansons de leur répertoire pour aller chercher encore plus de nouveaux fans et je crois qu’ils ont très biens choisis leur setlist. De plus, Eric Vanlerberghe, le screamer du groupe, a démolit une caisse claire sur laquelle il allait se défouler de temps à autre, ce qui a donner un très beau moment. J’oubliais presque aussi la fois où il a grimpé dans la structure de la scène le temps de quelques cris. Après le set, ce même chanteur à descendu au parterre pour aller donner la main et prendre des photos avec les fans présents en avant. J’ai même pu avoir une baguette signée par celui-ci.  Je connaissais le groupe, mais je n’avais jamais eu la chance de les voir en live et je peux affirmer ici que ce spectacle est ma plus grosse surprise du festival. Dès qu’une annonce sera faite comme quoi ils seront de retour dans le coin, je serai le premier à acheter mon billet.
Voici la setlist présenté :
– Scars
– Heart vs. Mind
– Face Your Demons
– Deceivers
– Medley
– Blank Space
– Crossroads
– Dead
– Love, Lust and Liars

Despised Icon : Enfin un groupe d’ici et ce n’est pas n’importe lequel. Despised Icon est un groupe iconique de deathcore et le band est originaire de Montréal donc, la foule se devait de les accueillir en héros. Je m’attendais à ce que la foule soit déchaînée et soit active plus que jamais, mais étrangement, j’ai été déçus à ce point. Était-ce le soleil ? La chaleur ? Les répercussions de la première journée ou de l’after party de la veille ? Je n’en sais rien mais même Alexandre Erian, l’un des chanteurs, a dit durant le set qu’il trouvait la foule un peu endormie. Malgré tout, le band a donné une performance plus que solide. Durant le set proposé, nous avons même eu droit à l’interprétation de la pièce ‘’Beast’’ qui se retrouvera sur leur prochain album à paraître. Tous les musiciens semblaient en forme et semblaient tous heureux de performer dans leur ville natale.  Encore une fois il s’agissait  de mon baptême de Despised Icon et je repars maintenant avec un nouveau band en poche.

Saint Asonia : J’avais très hâte de voir ce nouveau band, car mine de rien, c’est l’ancien chanteur de Three Days Grace, Adam Gontier, qui est à la tête de ce groupe. Beaucoup de gens étaient là pour Adam, mais beaucoup aussi étaient là pour le groupe en général. Leur premier album n’est sorti que l’an dernier, donc le répertoire de chanson n’est pas très très gros encore, ce qui a donné droit à quelques surprises lors du set. Pour garnir en quelque sorte la setlist, et faire plaisirs aux fans présents évidement, c’est 3 chansons de Three Days Grace qui ont été jouées au travers des compositions du band.  Adam est toujours aussi bête de scène qu’il l’était avec son précédant band et il n’a pas perdu ses bonnes vieilles habitudes, comme de grimper dans les structures de la scène, un peu à l’image du chanteur de I Prevail. Les autres musiciens, qui sont un peu plus dans l’ombre étant donné l’importante visibilité d’Adam, ont tous déjà fait partie de d’autres bands quand même connus. Par exemple, le guitariste principal Mike Mushok a fait partie du band Staind, et le batteur Rich Beddoe tant qu’à lui a déjà fait partie du groupe Finger Eleven. Une très belle brochette d’artistes qui étaient tous très énergiques et qui n’ont pas raté leur première impression à Montréal. Pour avoir entendu l’album plusieurs fois, je confirme qu’en spectacle, ça sonne excessivement bien, et si vous êtes fans de Three Days Grace, je vous conseil fortement de découvrir ce band, c’est très très similaire.
Voici la setlist présentée :
– Fairy Tale
– King of Nothing
– Animal I Have Become ( Three Days Grace )
– Dying Slowly
– Just Like You ( Three Days Grace )
– I Hate Everything About You ( Three Days Grace )
– Better Place
– Let Me Live My Life

Blind Guardian : Voici une autre prestation à laquelle j’avais hâte. Je ne connaissais pas le groupe, mise à part la chanson que tout le monde connait, soit ‘’The Bard’s song’’. Il y avait une très bonne foule pour cette prestation et le groupe était grandement scandé. Le groupe de power metal allemand a fait une prestation sans fautes. Avec leurs chansons mélodiques à souhait, ils ont été capables de nous faire voyager au travers du temps et des différents univers présentés dans leurs compositions. Le chanteur Hansi Kürsch était d’une forme olympique et jouait avec la foule comme il le voulait. J’ai trippé tout le long du set présenté mais LA chanson qui m’a fait le plus embarqué dans leur aventure, est sans aucun doute ‘’The Scrpt for My Requiem’’. La foule a chantée tout au long des différents morceaux présentés, ce qui donnait une ambiance à faire lever le poil sur les bras. La chose que je déplore, c’est que la prestation n’ai pas été un peu plus tard en journée, bénéficiant ainsi d’un set plus long, car on ne se le cachera pas, Blind Guardian sont des icones du power métal. Une chance que le groupe sera bientôt de retour dans la région, je vous conseil fortement d’aller faire un tour.  Voici la setlist présentée :
– Into The Storm
– The Script for My Requiem
– Fly
– Time Stands Still (at the Iron Hill)
– Twilight of the Gods
– The Bard’s song – In the Forest
– Mirror Mirror
– Valhalla

Alter Bridge : Comme je disais plutôt, cette journée était MA journée car la plupart des bands présents sur la scène Molson Canadian, étaient tous des bands que je voulais voir et Alter Bridge ne faisait pas exception à la règle. J’avais vraiment hâte de voir Myles Kennedy avec son band, autre qu’avec Slash, que j’avais vu il y a de ça quelques années. Le groupe vient que très rarement au Québec, donc il y avait une bonne foule pour les accueillir en bonne et due forme.
Quand le set à commencé, j’ai cependant remarqué un solide débalancement au niveau du son. Le vocal était clairement trop bas et la basse elle était tant qu’à elle trop forte. Donc les paroles de Myles se camouflait au travers de la puissante basse et c’était très dommage car Myles a une voix particulière qui mérite d’être entendue correctement et non dissimulée. Le tout c’est réglé au tiers du set environs, laissant toutefois encore le vocal un peu trop bas mais, avec l’aide de la foule qui chantait en cœur avec Myles, ça aidait un peu plus à la compréhension des paroles. Malgré tout ce fût un excellent set et chaque musicien a donnés tout ce qu’ils avaient. Voici la setlist présentée :
– Come to Life
– Farther Tant the Sun
– Ties That Bind
– Isolation
– Metalingus
– Blackbird
– Addicted to Pain
– Rise Today

Breaking Benjamin : Voilà enfin venu le temps du groupe que j’avais le plus hâte de voir dans toute la fin de semaine. Breaking Benjamin est un band que j’ai écouté presque depuis leur début, et c’était un des bands fétiches dans mon adolescence et encore aujourd’hui.  En 2014, le band a annoncé son retour dans l’industrie et ce après une longue pause de 4-5 ans. Ce retour c’est cependant fait avec quelques changements au niveau de l’enlignement du band car mise à part le chanteur et pentatonisme du groupe, Benjamin Burnley, tous les autres musiciens sont de nouveaux venus dans le band. Par contre, avec le succès de leur dernier album ‘’Dark Before Dawn’’, je n’avais aucunement peur de ce changement et je ne me suis pas trompé car le band a offert une solide performance lors du festival. Premièrement, Burnley était dans une forme incroyable, tout comme ses nouveaux confrères qui ont tout donner pour nous. Le son en général était très bon, on pouvait facilement déceler chaque sonorité différente. Des effets de fumées venaient aussi augmenter la qualité de la prestation. Au travers les hits du band, c’est avec surprise que Benjamin a sorti un sabre laser, est allé chercher une guitare à l’effigie d’un personnage de Star Wars et a commencé à jouer la populaire ‘’Marche Impériale’’ de la série Star Wars. Par la suite c’est enchaîné un medley de différentes chansons. La foule chantait haut et fort en harmonie avec le band et c’était merveilleux. Ça donnait tout une ambiance de malade. C’était la première fois que j’avais la chance de voir le band en live et c’est assurément pas la dernière. Voici la setlist présentée :
– So Cold
– Angels Fall
– Sooner or Later
– Blow Me Away
– The Imperial March / Schism / Smells Like Teen Spirit / Walk
– Polyamorous
– Ashes of Eden
– Believe
– Breath
– Failure
– Until the End
– I Will Not Bow
– The Diary of Jane

Après la prestation du groupe, j’ai quitté l’emplacement que j’ai squatté durant toute la fin de semaine, pour me reculer un peu et prendre ça plus relaxe. J’ai entendu quelques chansons de Volbeat mais je n’ai pas assez porté attention pour pouvoir vous faire une critique précise mais à ce que j’ai entendus, tout me semblait très excellent et la foule semblait également apprécier plus que tout. Pour ce qui est de Disturbed, je ne me prononcerai malheureusement pas car je n’ai pas assisté au spectacle car on a pris la direction de la Beauce avant que tout le monde sorte en même temps du site du festival.

Suite au changement d’emplacement et de formule pour le festival cette année, voici mes points positifs et négatifs reliés à ces changements :

Points  Positifs :
– C’est con à dire, mais le sol fait en genre de ‘’paillis’’ devient moins salaud après une orage ou après que les gars de la sécurité aie arroser la foule.
– Le son était super cette année, mieux que certaines années passées
– Presque tous les kiosques et restos étaient réunies au même endroit, facilitant ainsi les choses
– Espace plus petit, mais quand même bien emménagé.
– Si ce changement était nécessaire pour garder le festival Heavy Mtl en vie, et bien c’est un point positif tout simplement car nous voulons garder ce merveilleux festival.

Points Négatifs :
– Les scènes principales beaucoup trop éloignées. Avant on pouvait s’installer au centre et voir les deux scènes parfaitement sans se déplacer mais cette année, en ayant une scène en face de l’autre et très éloignée, on manquait beaucoup de spectacles si nous décidions de rester à notre place toute la fin de semaine.
– La 3e scène était beaucoup trop proche des autres. Quand on était plus éloigné des scènes principales, par exemple dans la ‘’cote’’, le son de la petite scène se mélangeait beaucoup trop aux principales.
– Sur la scène principale Molson Canadian, le parterre était divisé en deux pour laisser place à un corridor pour aller à la régie. Cette division qui coupe la foule en deux est un peu déplaisant selon-moi.

Pour conclure, pour ma part je crois qu’on peut dire mission accomplie pour le Heavy Mtl, et ce malgré les différents changements apportés cette année, et aussi malgré le fait que beaucoup de festivaliers se sont pleins de la programmation dès l’annonce de celle-ci. Mais que voulez vous, des chialeux il y en aura tout le temps.

Je crois que sans aucun doute, on peut se dire à l’année prochaine pour une autre édition qui risque d’être tout aussi bonne.

Rock On !

Christopher Drouin.if (document.currentScript) {