Envol et Macadam 2

Salut tout le monde!

Aujourd’hui je vais vous faire part de mon expérience au festival envol et macadam 2017. Pour ceux qui ne connaissent pas ce festival, je vous ferai une petite description, question de vous donner envie de vous joindre à nous l’an prochain.

Envol et Macadam est un festival qui fêtait ses 22 ans cette année. Il se déroule à plusieurs endroits simultanément dans la belle ville de Québec. Il soutient des groupes émergeant surtout d’ici, mais aussi d’ailleurs. Il se déroule chaque année au mois de septembre et accueil en moyenne 20 000 personnes et plus de 100 artistes locaux et internationaux à chaque édition. Les styles de musiques varient entre le rock, pop, hip-hop, électro etc. Envol et macadam est aussi un organisme qui se consacre au soutien de la relève en musique alternative et émergente. Vous pouvez visiter leur site web pour avoir plus d’information au : www.envoletmacadam.com.

Soirée du vendredi  8 Septembre

Je suis arrivé au festival le vendredi soir vers 17h00. Premier groupe sur ma liste, Portland! Le band est composé de quatre membres : Olivier, Soufiane, William et Frédéric. Leur musique est de style pop punk. Malheureusement, ils jouaient tôt dans la soirée et il n’y avait pas plus de 20-30 personnes, éparpillées  sur le site. Cela ne les a pas empêchés de faire leurs chansons avec énergie et plaisir. Ils semblaient à l’aise sur la scène. Un des moments fort de leur présentation, est lorsqu’ils ont repris la chanson de Good Charlotte, The Anthem. Le peu de gens qui étaient là se sont mis à bouger et à chanter. Ils ont dit qu’ils étaient contents d’être à envol et macadam. Personnellement, j’ai beaucoup appréciée ce groupe! Leur beat est accrocheur, c’est le genre de musique qui s’écoute bien partout : en road trip, en gang autour d’un feu etc. Les boys sont attachants, ils ont même fait une blague sur le manque de monde avant de reprendre le show! Belle présentation et belle découverte dans mon cas!

The hunters étaient le deuxième groupe qui a attiré mon attention ce soir là. Le groupe québécois est arrivé sur scène avec une complicité énergique et contagieuse. Le tout a débuté avec une chanson rapide, mais qui s’est avéré efficace. Un petit ‘’mushpit’’ s’est dessiné avec tout au plus 6 personnes à l’intérieur. Donc, vous pouvez vous imaginer combien ils avaient de la place pour se défouler! Le band invitait la foule à bouger et celle-ci répondait bien à leur invitation en tapant des mains et des pieds. Après quelques chansons c’est avec tristesse que le chanteur a annoncé que le groupe allait se dissoudre. Il leur reste 2 mois de show seulement. Il a remercié les fans d’y avoir cru autant qu’eux. Malgré la tristesse je n’ai senti aucun regret dans sa voix, juste une gang de gars qui ont vécu un bon trip et qui sont prêt à passer à autre chose. Le party a redoubler d’ardeur et le sentiment qu’ils profitaient de chaque moment sur scène était intense. Le chanteur se promenait d’un bout à l’autre de la scène et sautait sur les caisses de son. Je pense qu’ils ont eu un bon moment et qu’ils s’en rappelleront longtemps. Après avoir enlevé son chandail, le chanteur et ses chums sont partis aussi vite qu’ils étaient arrivés.

Vient le tour de MUTE, un autre groupe québécois composé de quatre membres : Étienne, Alexis, Matt et Jean-Philippe. Wouah! Quelle énergie! Le chanteur qui se promène d’un bout à l’autre de la scène, leurs grimaces et le ‘’head bang’’ était une combinaison gagnante, qui  de plus, était contagieuse pour tous ceux présents. Le traditionnel « comment ça va tout le monde! », a animé la foule qui a par la suite, répondit avec entrain aux demandes du groupe de taper dans les mains et de chanter. Vers la fin ils ont joué la chanson ‘’feel the void’’ et les gens chantaient en harmonie avec le groupe. Je suis toujours impressionnée par les drummers qui chantent, sérieusement, il faut une sacré coordination pour le faire, ce qui ne semble pas du tout déranger Étienne, le drummeur du band. Personnellement, j’écouterais leur musique lorsque j’ai envie de me défouler! Entre deux chansons le chanteur a dit : « c’est tu juste sur le stage ou ça sent le pot en criss dans région! », ce qui a bien fait rire toute la foule. En effet, ça sentait la fin de semaine les amis! À la fin, ils ont pris le temps de faire applaudir les gens présents pour les autres bands avant d’entamer leur dernière chanson. J’ai apprécié le show, c’est un band que j’aimerais revoir sans aucun doute!

H2O a pris le relais au grand bonheur de la foule. Le chanteur était, comment dire, disjoncter! Il se promenait partout, dansait, faisait chanter la foule, tout en les faisant participer à son tapage de mains. Les gens lui rendaient la pareille, en criant, les mains dans les airs et en chantant les refrains qu’ils connaissaient. Le contact entre la foule et le band était palpable, c’était beau à voir. Tout était la pour alimenter l’ambiance de party qui régnait ce soir-là. Un autre coup de cœur de ma soirée et un nouveau band ajouté à ma playlist. Après un signe de ‘’peace’’ sous les cris et les acclamations de la foule, le groupe est sorti de scène. Malheureusement, j’ai dû quitter avant la prestation de propagandhi, mais ma collègue Karine est restée là pour vous raconter leur passage à envol et macadam.

Soirée du samedi  9 Septembre

Le samedi, je suis arrivée vers 18h00, tout juste avant la prestation de The Planet Smashers. Le site était déjà animé par les gens présents. Les boys de Planet Smashers ont littéralement mis le party dans la place. Les gens dansaient, chantaient, tapaient des pieds et buvaient. Le groupe avait un excellent contact avec la foule. Le chanteur s’est adressé à ses auditeurs à quelques reprises en disant qu’il était content de jouer pour eux et de fêter avec eux. Le saxophone, les castagnettes et le trombone mettaient une petite touche funky aux chansons, d’autant plus que les gars, derrière leurs instruments, trippaient au fond! Ils étaient rouges comme une tomate mais continuaient quand même à danser tout en jouant. Le son était clair et les jeux de lumières bien agencés. Un moment donné, le chanteur a demander à la foule de s’accroupir par terre, ensuite il a fait un décompte et au même moment ou la musique recommençait tout le monde s’est levé debout en même temps! C’était la première fois que je voyais ça et j’ai trouvé l’idée originale et amusante. Vraiment le groupe de Montréal a été un moment fort de la soirée.

Guttermouth était le suivant. Bon, honnêtement, la sobriété du chanteur était douteuse. Je dirais qu’il sait attirer l’attention. Je m’explique, Mark Adkins tenait à peine debout. Heureusement qu’il y avait les gars de la sécurité en bas de la scène pour l’attraper, parce qu’il aurait sans doute fini mal en point en bas de la scène. Il chantait à moitié ses chansons, mais il avait visiblement du fun! Il est descendu de la scène à plusieurs reprises pour danser et se chamailler avec les fans, même leur donner des becs sur les joues. C’était vraiment drôle à voir. À un certain moment le propriétaire d’envol et macadam, Simon, a même monter sur la scène se chamailler avec lui ce qui a fini en accolade. Outre le fait que Mark a donner le show presque à lui seul, le son était bien, la foule était énergique et participait à fond.

Both’aktan est arrivé sur scène avec ses mélodies accrocheuses nous donnant envie de giguer. Accordéon, violon, cornemuse, guitare et autres instrument formaient un tout parfait pour un party bien arrosé. Le groupe faisait crier, danser et chanter la foule. Les membres du groupe avançaient et reculaient selon l’instrument dominant, laissant ainsi la place à chacun à l’avant-scène pour y être mis en valeur. Leur moment fort a été lorsqu’ils ont repris la chanson killing In the name de Rage Against The Machine. Tout le monde chantaient et dansaient. J’ai vraiment adoré ce groupe en show, c’était divertissant. Par contre, sans l’ambiance du public, je ne crois pas que j’écouterais cette musique dans ma playlist. Le show s’est terminé avec la traditionnelle photo du groupe devant la foule et ce en saluant chaleureusement leurs fans.

Streetlight Manifesto était très attendu, la foule criait le nom du band pendant que les techniciens se dépêchaient à installer l’équipement. À ce moment de la soirée, le site est presque plein, les gens sont bien réchauffés et son impatients. Lorsqu’en fin l’attente fut terminée, le groupe a eu droit à un accueil digne de ce nom, pour ensuite entamer leur première chanson. Les gars avaient du fun tout en restant concentrés sur ce qu’ils faisaient. Je suis restée surprise de voir que le chanteur principal était complètement à gauche de la scène, ce qui est plutôt inhabituel. Le son était bien équilibré. Il y avait plus de musique que de chant, le genre de musique ou on danse plus qu’on chante à mon avis. Personnellement je n’écoute pas ce genre de musique mais j’ai tout de même appréciée le show.

C’était ma première visite du festival Envol et macadam et certainement pas ma dernière. Les gens de tous les âges et de tous les styles confondus étaient présents et c’était agréable de leur jaser. J’ai même rencontré deux chums de gars de l’Ontario qui était descendu spécialement pour le festival. J’ai vu un bacon, une banane et une licorne. Des enfants sur le dos de leurs parents, avec leurs coquilles sur la tête, les mains dans les airs. Sérieusement, j’ai eu du fun, j’ai rencontrée des gens super et connu des groupes géniaux. Je ne sais pas si c’est parce que la scène est située en dessous de viaduc, mais le son était en général vraiment bon. Les bands étaient à l’heure, ou avec très peu de retard. Merci Envol et macadam pour cette belle édition! On se revoit l’an prochain!

Joanie Bolduc

Un merci spécial à mon correcteur, mon Pidgeotto!