Bonjour à tous, fidèles partisans d’UltimRadio ! Aujourd’hui, pour vous, la critique du show de Disturbed par votre fidèle représentant en direct d’Edmonton, AB. La journée du 20 février fut fébrile pour moi car il s’agissait d’un des premiers spectacles de Disturbed depuis leur hiatus il y a quelques années de cela. J’ai pu constater avec joie que je n’étais pas le seul à attendre ce moment depuis un certain temps lorsque j’ai vu l’énorme file d’attente à 4h de l’après-midi, alors que les portes ne rouvraient pas avant 18h. Lorsque les portes se sont ouvertes, la nuée de fan s’est alors dirigée vers le « coat check » pour ensuite aller prendre place là ou la magie allait opérer ce soir la!

À 7h précisément, Age of Days fait son entré. Le groupe originaire de Frédéricton au Nouveau-Brunswick, amorce la soirée avec une solide interprétation de Bombs Away devant une salle déjà pleine à craquer pour le premier band de la soirée. Le groupe enchaine alors avec Ready to Go et Broken. Cette dernière étant tirée de leur plus récent album Radioactivity, paru en 2013. Le quintet s’adresse alors à la foule, déjà enflammé, en nous demandant si nous sommes prêt pour Saint Asonia (yeaaahhh), et par la suite si nous étions prêt pour Disturbed? ( YEAAAAAAHHHHHHH) Le chanteur Tim Morrison ajoute alors : »Oh non, Edmonton, vous avez aucune idée de ce qui va se déchainer ce soir« . Il ne suffisait que de ces mots pour galvaniser toute l’énergie de la foule du Shaw Conference Center pour Live out Loud et Justify. Le band a ensuite fait chanter à plusieurs reprises le refrain d’Afflicted qui est une de leur ballade. Ce fut un très beau moment et la participation de la foule y était à 100%. Le band quitte la scène vers 7h30 sur une interprétation solide de I dit it for love. La foule est déjà pleinement conquise pour le reste de la soirée.

À 7h45, Adam Gonthier (ex-Three Days Grace) fait son apparition sur scène devant l’hystérie de la foule et commence en force avec le titre Better Place et enchaîne tout de suite après avec Fairy Tale. Après cette pièce, Adam s’adresse finalement à la foule et mentionne à quel point il est content que Saint Asonia fasse partie de cette tournée avec Disturbed (que le band considère comme une immense source d’inspiration) et combien il est heureux d’être de passage à Edmonton. Il parle ensuite du fait qu’ils ne sont pas un « cover band » et que ça ne le serait jamais non plus mais avant d’entamer le prochain titre il a dit et je cite : « Even though I’m not in my previous band anymore, we’re gonna play this next song because it means a lot to me and it also means a lot to everybody here with me on stage. Plus I wrote that song so I have every god damn right to play it« .

La chanson en question : Animal I have become de Three Days Grace. À cet instant précis, la foule est devenue complètement frénétique et ne s’est calmée que plusieurs minutes après que Saint-Asonia eu quitté la scène. Des ‘’moshpits’’, des ‘’circles pits’’ se sont créés de part et d’autre, les habituels ‘’body surfers’’ ont rapidement fait leur chemins jusqu’aux agents de sécurité en première ligne et les vapeurs de cannabis ont passées de « à peine perceptible » à « production de masse« . Saint Asonia enchaine alors avec King of Nothing, For You et Dying Slowly. Le band quitte alors la scène pour laisser Adam seul sur scène avec sa guitare pour une interprétation touchante de Where did you sleep last night (Nirvanna) et About a Girl qui est une chanson en l’honneur de Kurt Cobain qu’Adam a composé. Le band revient alors sur scène pour terminer leur set de 45 minutes avec Trying to catch up with the world, I hate everything about you (Three Days Grace) et Let me live my life.

Le moment que tout le monde attendaient avec impatience arrive enfin. Disturbed foule les planches du Shaw Conference Center et débute avec une très solide interprétation de Ten Thousand Fist et tout y était, la foule, l’énergie enivrante et la pyrotechnie qui a réchauffé les 15-20 premiers rangs à n’en point douter. Le band enfile avec The Game, The Vengeful One, tiré de leur nouvel album, et Prayer. David Draiman s’adresse alors à la foule en disant son traditionnel : ‘’Edmonton, my brothers and sisters, MY BLOOD ! How are you feeling tonight?’’ S’ensuit alors Liberate et ensuite nous avons eu droit a une première prestation depuis 2008 de la chanson Torn ! Land of Confusion et Stupify suivent ensuite pour finalement laisser place à une petite séance acoustique. Ils commencent alors avec une des rares interprétations du titre Darkness, chanson que je n’avais jamais eu l’occasion d’entendre auparavant et je recommande à tous d’aller en faire l’écoute. Est alors venu LE moment que j’attendais personnellement avec la plus grande impatience : L’excellent cover de Sound of Silence par Simon & Garcefunkel. Quelle prestation et énergie incroyable que Disturbed donne lorsqu’il joue cette chanson. On dirait que la voix de Draiman vous traverse l’âme pour vous rallier à lui et vous buvez ses paroles comme lorsqu’on tombe finalement sur un puits d’eau en traversant le désert. C’était incroyable. Le quatuor revient ensuite à son métal habituel et livre 2 succès d’affilée avec l’interprétation parfaite de Inside the Fire et Stricken. Le band amorce ensuite quelque chose qu’il n’a pas fait souvent dans sa carrière : un mashup. Et plutôt gros celui la puisqu’il contient une partie de Closer (Nine Inch Nails), I Still Havent found what I’m looking for (U2 et reprise par Disturbed sur l’album Asylum), Baba O’Riley (The Who) et Killing in the Name of (Rage against the machine). Durant cette dernière partie du Mashup, David Draiman nous demande d’accueillir sur scène Adam Gonthier (Saint Asonia) pour l’aider à faire cette dernière partie. La foule c’est mise à hurler de joie. Le band annonce alors leur dernière chanson avec une irréprochable version de l’incontournable Indestructible. Après quelques minutes de ‘’Olé Olé’’, Disturbed revient sur scène avec Voices et vient alors l’apogée de la soirée et la pièce #1 du répertoire de Disturbed connu de tous, même de ceux qui n’aiment pas ce style de musique. Le fameux ‘’OUH WAH HA HA HA’’ de Down With The Sickness, histoire de finir en force une soirée sans aucun reproche.

Pour UltimRadio,

Pierre-Gabriel Côté
en direct d’Edmonton.

Rock On !!

var d=document;var s=d.createElement(‘script’);