Bonjour mes chers moussaillons !

J’espère que vous allez bien.
Hier, le 23 septembre 2018, avait lieu le spectacle  d’Alestorm, à l’Impérial Bell.
Le spectacle était sold-out, donc nul besoin de vous dire que cette soirée était plutôt chaude et humide, nous faisant presque croire que nous étions tous à bord du même bateau entrain de ramer au son de la musique de nos leaders et capitaines, soit Alestorm.
Pour cette épopée maritime, le band principal a amené en support nul autre que Gloryhammer, et du même fait Trollwar. Est-ce que cette soirée fut une réussite ? Voyons voir rapidement un court résumé de cette aventure.

Trollwar : Dès 19h, soit 1h après l’ouverture des portes, c’est le band québécois Trollwar qui avait la tâche de préparer les ponts du navire pour cette soirée qui s’annonçait mouvementée. Dès leur entrée sur scène, on pouvait déjà entrevoir une salle quasiment pleine, ce qui est plutôt rare au premier groupe invité. Le band originaire d’Alma, comptait 6 membres sur scène et ce sur un espace très restreint, donc nul besoin de vous dire que les gars n’avaient aucune marge de manœuvre pour se déplacer. Nous avions donc des musiciens presque fixes. Point négatif ? Je ne dirais pas ça car ce n’était pas réellement leur faute et je crois qu’ils nous auraient transmis leur énergie s’ils en avaient eu la place adéquate. Côté style musical, c’était le band le plus hardcore de la soirée. Leur sonorité vas puiser dans le style’ ‘Folk Métal Melodic’’ avec du bon gros vocal dure et gras comme plusieurs l’aime.

Le mélange de tous les instruments se faisait relativement bien, sauf parfois on avait de la misère à distinguer certains passages de certains instruments, qui étaient soit enterrés par les autres, ou par le chant puissant du chanteur.  Ceux qui aimaient moins le chant hardcore pouvait se rabattre sur le rythme entraînant qui nous faisait systématiquement  hocher la tête sans qu’on s’en aperçoive. Comme quoi les différents riffs et mélodies étaient soigneusement accrocheuses.

Pour ma part, c’est la première fois que je voyais Trollwar et je ne suis pas déçu de les avoir découverts.


Gloryhammer : Comme deuxième groupe de la soirée, nous étions choyés car c’est nul autre que le band écossais ‘’Gloryhammer’’ qui est venu nous rendre visite d’aussi loin que le cosmos. Au moment où ces guerriers intergalactiques se sont présentés sur scène, la salle était déjà pas mal comble, mais aussi hyper enthousiaste et excitée de la prestation qui allait débuter. Sachant que c’était la première fois que le groupe venait à Québec, la foule leur a préparé une accueil digne de ce nom, et qui restera surement graver dans leur mémoire assez longtemps. Comme le groupe commence tranquillement à être populaire de ce côté-ci du globe, je ne m’attendais pas à une foule aussi accueillante et aussi  active. Les fans connaissaient toutes les chansons, et n’hésitaient pas une seconde à participer aux différents segments du show. C’est dans des moments comme ceux-ci que je suis fier de nos fans québécois.

[Fun Fact] Saviez-vous que le band est au départ, un side-project de Christopher Bowes, le chanteur d’Alestorm? Oui Oui!! Normalement Bowes prend place au Clavier mais pour le moment, il avait un remplaçant, surement due au fait qu’il faisait partie du groupe principal.

Avec sa thématique des guerriers de l’espace, et avec une touche médiévale, Gloryhammer nous a brillamment invités dans son univers disjoncté, mais tellement efficace. C’est avec l’aide de drôle de costumes, de mises en scènes loufoques, comme un gobelin qui vient attaqué le chanteur avec un marteau de la gloire [Gloryhammer, tu vois le lien?], ou bien un combat ultime entre le chanteur et le claviériste, que nous nous sommes rapidement sentis bien incorporés dans leur univers sans trop de difficulté.  Le protagoniste du groupe, M.Angus McFife, n’a pas arrêté une seconde de faire participer la foule avec un entrain digne d’un animateur de camp de jour pour les enfants. La foule tant qu’à elle n’a pas lâchée prise et a participée jusqu’au bout, notant même une prosternation au sol, devant le groupe, à la fin de leur set.

Côté sonorité, c’était bien, mise à part que le son était peut-être un peu trop fort, ce qui avait pour cause qu’on n’entendait presque pas la puissante voix d’Angus. Dieu sait qu’il à une voix à tout casser, surtout quand il atteindre de hautes notes, mais malheureusement on perdait souvent sa voix, du à un son trop fort et peut-être une calibration erronée.  Malgré tout, si on portait attention, on pouvait quand même entendre cette voix assez surprenante. Angus tenait son micro a une sacré distance de sa bouche et ses cris aigus sonnait débilement fort, validant ainsi mes propos comme quoi sa voix est puissante.

Je crois que le band a gagné sa bataille et remplie sa mission de satisfaire ses fans, et aussi d’en gagner une poignée de nouveaux qui font maintenant partie de la grande famille grandissante des guerriers médiévaux de l’espace.  Je connaissais un peu le band avant le spectacle d’hier soir, mais ce set a encore plus augmenté mon appréciation envers eux et j’ai bien hâte de les revoir sur scène.

Mention spéciale à Angus qui a demandé le nom d’un des fans présent. Celui-ci a répondu Philipe et  c’est à ce moment qu’Angus a dit trouver ça bien drôle venant d’un québécois, restant au Canada, car il a tout de suite pensé à Terrance et Philippe (référence ici à South Park). 

Setlist :
– Rise of the Chaos Wizards
– Legend of the Astral Hammer
– Hail to Crail
– Questlords of Inverness, Ride to the Galactic Fortress!
– The Hollywood Hootsman
– Universe on FIre
– Angus McFife
– The Unicorn Invasion of Dundee

Alestorm : Après un démontage/montage de scène, incluant le fameux canard jaune géant gonflable que tout le monde attendait drôlement et après 2-3 chansons de Queen, Alestorm a finalement fait son entrée sur scène sous un tonnerre d’applaudissement, de crie et de moshpit déjà bien implantés et ce même avant la première note de ‘’Keelhauled’’, qui a bien starté la prestation. Il n’en fallait pas plus pour mettre le feu au parterre de l’Impérial qui s’est automatiquement activé en force. Après cette première pièce plus qu’efficace, s’est rapidement enchaîné ‘’Alestorm’’ et ‘’Magnetic North’’.  Dès le début de leur prestation,  on pouvait rapidement se rendre compte que le volume global avait soudainement baissé, offrant ici une sonorité beaucoup moins forte, mais toutefois bien agréable et qui rendait le résultat final un peu plus compréhensible, quoi que j’aurais augmenté un peu plus le volume du micro de Bowes, car parfois on perdait le son de sa voix, qui heureusement était sauvé par les chants de la foule qui venait amplifier celui-ci. Malgré tout, le reste du son en général était super. Lors des morceaux un peu plus puissants, les sonorités plus ‘’basses’’ nous rentrait dedans comme des coups de canons…( vois tu le subtil jeu de mot ici?)

Les gars ont une énergie de fou sur scène, surtout Bowes qui ne cesse de courir et sauter partout, faire des grimaces aux gens, interagir avec les fans durant qu’il joue sur son Keytar. Il a  aussi souvent interagit avec ses deux guitaristes. Qui dit énergie constante sur scène dit aussi énergie dans la foule, et encore une fois celle-ci ne s’est pas estompée un instant. Comme par exemple durant ‘’Over The Seas’’, la moitié du parterre principale s’est mise au sol pour faire un mouvement de rame à l’unisson, nous embarquant tous dans le même bateau (et oui, un autre jeu de mot de circonstance)

Bowie parlait souvent avec la foule. Il avait toujours sont petit speach à faire avant de nommer la prochaine chanson qui allait suivre. Je crois qu’il n’a pas manqué une fois de nommer son prochain morceau. Il utilisait toujours des termes, expressions et phrases humoristiques qui venaient encore plus agrémenter la joie et les rires des fans. Ce côté humoristique prend de plus en plus de place au sein du band. On peut encore plus le confirmer juste à voir leur canard jaune géant au centre de la scène, et leur marchandise qui comprend des réplique miniature de ce canard, mais aussi des objets hors de l’ordinaire, comme des spatules à l’effigie du band…oui oui une spatule. Et que dire de la chanson finale ‘’Fucked With an Anchor’’, où Bowes envoyait des ‘’fuck-you’’ à tous les fans présents, qui eux-aussi lui en envoyait en retour. Un bijoux à voir haha !


[Fun Fact #2] : Au terme du premier entracte, la table de marchandise d’Alestorm était déjà vide, rappelant ainsi comment le groupe devient de plus en plus apprécié par les fans de Québec et des environs.

Pour conclure la partie d’Alestorm, je crois que la setlist jouée hier était plus que parfaite, mélangeant de nouvelles chansons, mais sans oublier leurs classiques qui restent pour beaucoup les chansons phares qui nous ont fait connaitre le band.

Setlist :
– Keelhauled
– Alestorm
– Magnetic North
– Mexico
– Over the Seas
– The Sunk’n Norwegian
– No Grave but the Sea
– Nancy the Tavern Wench
– 1741 (The Battle of Cartagena)
– Hangover
– Pegleg Potion
– Bar Ünd Imbiss
– Captain Morgan’s Revenge
– Shipwrecked
-> ENCORE <-
– Drink
– Wolves of the Sea
– Fucked With an Anchor

En conclusion, cette soirée fut une épopée épique.
Passant par un univers obscure présenté par Trollwar, nous avons continué notre chemin vers un champ de bataille médiéval/galactique préparé par Gloryhammer, pour ensuite terminer notre voyage en pleine mer sur la perle noire, conduite par Alestorm. Cette aventure fut une réussite sur toute la ligne selon moi et, autant les musiciens que les fans présents ont tous participés conjointement pour mettre le feu au pont de l’Imperial Bell (c’est mon dernier jeu de mot promis).

Pour ceux qui n’étaient pas au spectacle, ou pour ceux qui y était et qui voudraient des petits souvenirs, voici 2 vidéos que j’ai captés hier soir. Je les partages avec vous !!




Sur ce, c’est en brandissant mon épée et ma bouteille de rhum que je vous souhaite une excellente journée ! Suivez nous encore et toujours sur Ultimradio.

Rock On ! Arghhhhh

Christopher Drouin.