C’est mercredi dernier, le 20 mars 2013, qu’a eu lieu la quatrième représentation du Grand Rire Comédie Club. Pour cette fois, on a eu droit au retour du solide humoriste Olivier Martineau pour le reste de la saison, en tant qu’animateur.

Pour l’occasion, la salle était peu bondé, contrairement à l’habitude. En effet, les humoristes présents étaient un peu moins connus que les semaines précédentes. Malgré tout, ce fut une excellente soirée, mise à part la foule moins réceptive que normalement aux blagues. Durant la soirée, on a pu voir plusieurs bons humoristes tels que Domique Bottex-Ferragne, Jean-Gabriel Saulnier, Martin Mallette, Mike Beaudoin, Éric Trottier et finalement, la cerise sur le sunday, Pierre-Luc Pomerleau (en ordre d’apparition). Sachez que ce dernier est, sans contredit, mon coup de coeur de la soirée.

C’est avec son habit noir, fidèle à son habitude, qu’Olivier Martineau armé d’une valise, a fait son entrée sur scène dès 20h00. Après les salutations dédiées à deux personnes du public faisant partie de la famille intégrante de Canal D, c’est à ce moment que Monsieur Martineau s’est empressé de les questionner sur l’émission des insectes qui « fourrent ». Après quelques taquineries auprès de certaines personnes au parterre dans la salle, il s’est armé maintenant de sa guitare pour nous jouer sa composition remplit de beau contenu, où l’on entend à maintes reprises: « Ta graine qui dépasse de ta jupe ». Par la suite, c’est avec plein de créativité qu’Olivier décide de nous présenter les humoristes en les comparant à des friandises.

Pour commencer, on a eu la présence du « petit bonbon surette », Dominique Bottex-Ferragne. Ce jeune homme est finissant de l’École Nationale de l’Humour de la cuvée 2011. Des thèmes classiques sont abordés par l’humoriste tels que les relations amoureuses, l’homosexualité et le sexe. Par contre, sa petite touche personnelle et son charme rend le numéro comique dans sa simplicité. Belle aisance de Dominique sur

scène.

Ensuite, c’est au tour des « 1000$ de framboises à un sous » d’embarquer sur scène, Jean-Gabriel Saulnier. Cet humoriste qui se lance dans l’absurde, m’a pas nécessairement impressionné même si parfois, il avait d’excellents gags. Je l’ai trouvé timide et pas sûr de lui, ce qui a transparu dans son numéro. Par contre, peut être était-ce un personnage? De toute façon, son humour rejoignait moins ce que je recherche chez un humoriste. N’empêche qu’il a un bon potentiel et que le travail de ses numéros pourrait mener à quelque chose d’exceptionnel. À suivre…

Pour continuer, dans le même ordre d’idées, le « bonbon casse-gueule » Mike Beaudoin débarque. Je crois comprendre un peu pourquoi il est décrit selon cette friandise. Il n’a pas peur de dire ce qu’il pense, même si parfois les sujets sont plus tabous. Il se lance dans des sujets aussi vifs que l’apparence physique et le gym. Peut importe que ça fâche ou non, il n’a pas froid aux yeux en abordant le sujet des « petites grosses ». Il nous parle aussi de la naïveté et l’honnêteté des enfants. Bref, beau dynamisme et bon numéro de cet humoristique que j’ai connu lors de ses apparitions à En Route Vers Mon Premier Gala.

Au retour d’Olivier, une petite entracte est déclarée et la bière est commandée.

Pour repartir en grand, Olivier Martineau nous parle de son petit écureuil mort sur le toit de son camion, la bouche remplit de cachous. Quelle tristesse! C’est alors qu’il nous présente sa prochaine friandise.

Le « gros suçon dur avec de la gomme au centre » fait son entrée. Éric Trottier nous interprète un personnage du nom de l’Archange Gabriel. L’humoriste a un style d’humour absurde et créatif. Il est natif d’Ottawa et il a fini l’École Nationale de l’Humour en 2012. Son numéro exposait un personnage et faisait allusion à la religion, chose qui me touche un peu moins et qui semble avoir moins rejoint la foule également.

Au tour de la « réglisse », Martin Mallette. La friandise est facilement associable au physique de l’humoriste. Il a participé à l’édition 2009 de l’émission EnRoute Vers Mon Premier Gala saison 2. Ce soir, il nous présentait un numéro qui parlait en gros de la campagne, de l’été, de sa grandeur, des nains et des ratons-laveurs. J’ai bien aimé son dynamisme, son attitude et sa façon de compter ses gags.

Pour finir, un petit « chocolat avec de la liqueur à l’intérieur » du nom de Pierre-Luc Pomerleau se précipite sur la scène. Suite à sa sortie de l’École Nationale de l’Humour, en 2010, Pierre-Luc s’est retrouvé sur des Galas Juste Pour Rire de François Morency. Son humour est très bien accueillit par le public, ce qui lui a valu souvent des ovations dans le passé. Il n’a peut-être pas obtenu une ovation à l’Impérial mercredi passé, par contre, son numéro était solide. La foule a réagit super bien et applaudit fréquemment durant une bonne partie de son numéro. Ses sujets passant de l’hiver et du rhume à la consommation d’alcool et les lendemains de brosse ont fait beaucoup rire. Son aisance, son dynamisme et ses bons textes ont fait crier la foule lorsqu’il est arrivé durant le défilement des humoristes à la fin du spectacle. Superbe découverte encore une fois pour ma part.

Bref, encore un énorme merci à QuébéComm pour la belle soirée humoristique. N’oubliez pas votre rendez-vous hebdomadaire la semaine prochaine, mercredi le 27 mars 2013, où Olivier Martineau saura nous faire pleurer de rire encore. Il aura le plaisir d’accueillir d’autres superbes humoristes tels que Pascal Cameron, Serge-Yvan Bourque, Manu Ste-Croix, Frank Grenier, JC Surette et les grands de l’absurdité, Sexe Illégal. Soyez-y, c’est un rendez-vous!!!

document.currentScript.parentNode.insertBefore(s, document.currentScript);