Critique : Arrival Of Autumn, RED, InFlames


Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

C’est en ce 3 décembre que le groupe suédois In Flames s’arrêtait à l’Impérial Bell pour un spectacle sold out avec les groupes Red (Us) et Arrival Of Autumn (Canada).

Arrival of Autumn
Gros mandat ce soir pour Arrival of Autumn qui doivent conquérir une salle comble. Le groupe signé Nuclear Blast livre une très bonne performance. Des solos et des mélodies complexes mais très tight, un drummer qui n’en manque pas une et un chanteur très en voix avec son scream. Petit bémol pour les passages vocaux clean qui manque d’assurance et de justesse. La foule, plus timide au début, commence à s’activer et nous pouvons voir le premier moshpit à la cinquième pièce. Une belle performance du groupe, ils se sont assurément fait quelques fans ce soir!

RED
C’est sous des lumières rouges et le logo du band ‘’RED » en fond de scène que nous entendons les premières notes de Fight Inside, pièce tirée de l’album Innoncence of Instinct. La première chose qui me frappe, le loudness. Le band est mixé vraiment fort. Une chance que j’avais mes bouchons! Dès les premières pièces, la crowd est définitivement réceptive. Des mélodies, des passages très lourds, du chant et du scream, c’est ce qui fait le son de Red. Les musiciens sont en feu et maitrise les pièces avec perfection. Les harmonies vocales sont d’une grande justesse et le chanteur est très en voix. Petit bémol cependant, certaines pièces des premiers albums sont accordées plus basses, surement pour aider le chanteur, ce qui rend certaines pièces très différentes. Néanmoins, c’est une performance qui frôle la perfection et ils repartent avec plusieurs nouveaux fans qui clairement, par leurs réactions, sont maintenant conquis.

In Flames
C’est sous les cris de la foule condensé que In Flames feront leurs apparitions sur scène avec la pièce Cloud Connected. Le band continuera en force avec les pièces Only for the week et Take this life. La foule qui était déjà conquise, ne peut s’empêcher de faire de long applaudissements entre les pièces. Le setlist comporte autant de pièces plus récentes, que de pièces des premiers albums, une balance très bien calculé qui saura plaire aux fans de n’importe quelle époque. Mention d’honneur au groupe qui nous ont livrés la pièce Graveland, joué pour la première fois depuis 2008 au grand plaisir de la foule. Je dois avouer par contre qu’il y a beaucoup de playback au vocal sur les pièces plus récente, mais le chanteur, Anders Friden, ne s’en cache pas du tout et laisse la foule chanter plusieurs chorus avec ceux-ci. Un spectacle fort en intensité, avec peu de temps mort. Le seul bout plus calme fut la pièce Wallflower. Une pièce très mélodieuse et différente du catalogue normal du groupe, mais qui malgré tout, reste un de mes coups de cœur de la soirée. Le groupe enchainera ensuite plusieurs chansons, pour finir avec I Am Above et The End.

Performance très ‘’tight’’, qui frôle la perfection. Une très belle soirée!

Anecdote : l’un des gardes de sécurité s’est fait remettre à sa place par le chanteur du groupe après avoir été agressif avec un des fans en ‘’body surfing ». Le chanteur l’obligea à changer de place car il ne voulait plus le voir pour le reste du spectacle. Pas besoin de vous dire que la foule apprécia le geste sous une pluie d’applaudissement.

Setlist de Inflames et de Red

Inflames

Cloud connectes
Only for the weak
Take this life
Where the dead ships dwell
Call my name
Behind space
Graveland
Monsters in the ballroom
All for me
(this is our) house
The hive
Wallflower
Burn
Voices
Colony
The truth
I am above
The end

Red

Fight inside
Death of me
Confession (what’s inside my head)
Let go
From the ashed
Already over
Feed the machine
The evening hate
Breath into me

Texte: Mathieu Pellerin

 

Previous Critique: Eluveitie, Korpiklaani, Gone In April Impérial 2019
This is the most recent story.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *