Critique Kamelot, Sonata Arctica et Battle Beast 2018 Impérial Bell


Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Grosse soirée métal ce soir dans la Vieille Capitale en ce lundi 16 septembre 2019 alors que les vétérans du Power Métal américain Kamelot nous rendait visite à l’Impérial pour nous présenter leur dernier album  » The Shadow Theory  » accompagné de Sonata Artica et Battle Beast en ouverture.

 

Il est 19h20, ça commence tôt ce soir vu qu’il y’a 3 groupes au programme et c’est au Finlandais Battle Beast que revient l’honneur de réchauffer la salle qui est remplie presque à pleine capacité et on sens que la foule est prête à les accueillir car dès la tombée des lumières les cris

 

des fans se font entendre très bruyamment et ça ne fait qu’augmenter à mesure que les membres du groupe arrivent sur scène et c’est l’apothéose quand la majestueuse et charismatique Noora Louhimo prend place au micro. Battle Beast commence en force avec la chanson  » Unbroken  » tiré de leur dernier album  » No more Hollywood ending  » viendra ensuite la très accrocheuse  » Straight to the heart  » pour ensuite alterner les chansons entre leurs deux derniers albums qui sont disons-le, très solide.

C’était la première fois que je voyais le groupe et j’ai été complètement époustouflé de leur première chanson à la dernière, la présence de Noora sur scène est incroyable et l’énergie du band est contagieuse, Ils étaient visiblement très heureux de jouer à Québec et ça se sentait. 9/10

 

Setlist:

  1. Unbroken
  2. Straight to the Heart
  3. The Golden Horde
  4. Eden
  5. No More Hollywood Endings
  6. Bastard Son of Odin
  7. King for a Day
  8. Beyond the Burning Skies

 

C’est maintenant au tour des jeunes routiers Sonata Artica de tenter de venir garder l’ambiance à son maximum si bien établie par Battle Beast mais on se rendra compte assez rapidement qu’ils auraient dû commencer la soirée car malheureusement ça l’avait l’air d’une belle idée sur papier mais malheureusement leur style de power métal ne fitait pas du tout avec les deux autres groupes et ça vraiment pris une débarque avec leur setlist des plus bizarre qui reflétait bien leur nouvelle direction musicale qui ne ressemble plus en rien à ce qui nous les avait fait aimer au début. Seule point positif, la chanson FullMoon tiré de leur premier Opus Ecliptica qui nous a ramené dans le passé le temps d’un instant. Malgré que le leader du band, Toni Kristian « Tony » Kakko a encore une voix décente, il n’est plus capable de rendre les chansons hautes comme on a pu constater sur leur dernier album Ecliptica/Revisited qui est presque 2 ton plus bas que l’original. Je n’ai jamais été un fan de Sonata Artica et c’est pas avec ce soir que ça va commencer. Quelle déception…

4/10

 

Setlist:

  1. A Little Less Understanding
  2. Closer to an Animal
  3. Cold
  4. Storm the Armada
  5. X Marks the Spot
  6. Who Failed the Most
  7. FullMoon
  8. Life

 

Et maintenant, le moment que la foule impatiente et gonflé à bloc attendais depuis 4 ans: Kamelot, commence leur set en force avec un nouveau titre,  »Phantom Divine (Shadow Empire) » puisé de leur dernier album The Shadow Theory sorti en 2018, au riffs accrocheur et mélodique, était une décision judicieuse. Le groupe a concentré sa setlist sur ses deux derniers albums; The Shadow Theory et Haven sorti en 2015, cependant, ils touchent à tous les albums publiés depuis 2001. La foule conquise d’avance a été très réceptive à leur nouveau matériel et ont réagi fortement à chaque chanson.

Même comme si la plupart des fans, j’ai toujours eu une petite préférence pour Roy Khan, Tommy Karevik a vraiment toute une voix. Quelque chose qui est plutôt rare dans ce style musical, c’est qu’il a la capacité de chanter comme si c’était juste vous et lui dans la salle. De plus, l’intégration à quelques chansons de la voix hurlée de la chanteuse Lauren Hart (également dans Once Human) apporte une touche vraiment très intéressante et donne une autre dimension à un style de musique qui sort rarement du moule établi dans le style power métal.

Bien que Kamelot soit actif depuis plus de deux décennies, ils ont été capables de se réinventer et de ne pas perdre leur éclat tout cela grâce au seul membre d’origine, le guitariste Thomas Youngblood. qui est vraiment très solide sur sa six cordes et nous en fait voir de toutes les couleurs avec tous ces solos.

Kamelot est un groupe incroyablement engageant et divertissant. Ils parviennent à capter l’attention du public du début à la fin de leur spectacle d’une heure et demie et peu importe si vous êtes un fan occasionnel ou un fan inconditionnel, vous en avez pour votre argent.

9/10

Setlist:

  1. Phantom Divine (Shadow Empire) (avec Lauren Hart)
  2. Rule the World
  3. Insomnia
  4. When the Lights Are Down
  5. Vespertine (My Crimson Bride)
  6. Veil of Elysium
  7. Karma
  8. End of Innocence
  9. Center of the Universe
  10. Keyboard and Drum Performance
  11. Sacrimony (Angel Of Afterlife) (avec Noora Louhimo)
  12. Burns to Embrace
  13. Forever

Encore:

  1. March of Mephisto (avec Lauren Hart)
  2. Liar Liar (Wasteland Monarchy) (avec Lauren Hart)

 

Critique: Michel L’Hérault pour UltimRadio.

Previous Critique Envol et Macadam 2019
Next Critique : Shinedown Papa Roach Asking Alexandria Savage After Midnight

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *