C’est vendredi, le 5 septembre 2014, que se déroulait la deuxième journée d’Envol et Madacam. Le début des spectacles se faisait à l’Îlot-Fleury, sur deux scènes (Exo et Rock 100.9), en-dessous de l’autoroute Dufferin-Montmorency. Le groupe qui cassait la glace était The Carringtons à 17h50. La formation de Québec a donné un court spectacle devant une cinquantaine de personnes, ce qui est peu, considérant qu’Envol et Macadam offrait 150 billets gratuits aux premiers arrivés pour l’édition 2015. Néanmoins, malgré l’ambiance tranquille, le groupe a donné une bonne performance. J’ai beaucoup aimé, d’autant plus que ça sonnait un peu comme leur ancien groupe, The Summercheers. Ensuite, il y a eu la formation gagnante de la finale PlanetRox 2014 qui s’est passé au Méduse la veille, Goodbye Sparta. Suite à ma découverte du groupe Moovalya il y a environ une ou deux semaines, j’étais très excitée d’aller les voir performer sur la scène Exo de l’Îlot-Fleury vers 18h45. Aucune déception. Quel groupe magnifique. Les trois gars d’Arizona ont enchaîné quelques unes de leurs compositions de punk rapide. Les gars sont justes trop solides et ils m’ont convaincu d’aller les revoir le lendemain en after-show au Scanner. Définitivement, ma meilleure découverte d’Envol et Macadam 2014. Goodbye Sailor ont fait leur set après eux. Ensuite, je suis allée voir un des groupes que j’avais le plus hâte de voir, les talentueux Junior Battles. Qu’un mot à dire à l’égard de ces musiciens torontois que je voyais pour la 5e fois environ : WOW. L’exécution de chacune de leurs chansons est faite à merveille et nous rentre dedans comme une tonne de brique. Dommage qu’il ne soit pas plus connu, car il mériterait de remplir plusieurs salles. Peu de gens étaient présents durant leur performance, mais je suis convaincue que ceux qui y étaient et qui ne connaissait pas ces canadiens, ont dû se rappeler de leur nom. Juste parfait! À ce moment, ça s’est un peu plus rempli pour accueillir Less Than Jake, même si je m’attendais à une plus grosse foule que ça. Les sympathiques membres de Gainesville, en Floride, ont fait un set incroyable, mélangeant autant des nouvelles chansons sur See The Light que des plus vieilles et des classiques inévitables. Un show de LTJ sans alcool n’est pas un show de LTJ. Fidèles à leur habitude, ils ont fait monter des gens sur le stage pour les faire boire et danser. Cette fois-ci, c’est des bières et non des bouteilles de fort. Choix plus raisonnable et ça fait des pits plus propres, parce qu’on va se l’dire, on sait ce que ça donne grouiller après avoir caller plein de forts en fin de soirée. Pour finir la soirée en beauté, la tête d’affiche Screeching Weasel a fait un gros set avec un rappel qui ne finissait plus. Les fans du band ont dû être choyés. Si je me dis à ce que j’ai entendu des amateurs du groupe, le set était mémorable et complètement fou. Pour ma part, je connais peu de Screeching Weasel si ce n’est que le titre My Right qui a marqué mes partys de jeunes adolescents. Le genre de band que tu trippes fort quand tu connais ça pis que tu chantes toutes les chansons en te punkant la face dans le pit. Mais après tout ça, la soirée était loin d’être finie, parce qu’il y avait cinq after-shows qui se déroulaient un peu partout, soit au Méduse (salles Multi et Studio), à l’Agitée, au Cercle et au Scanner. Pour ma part, j’ai opté pour l’option la plus festive, soit le spectacle de The Matchup en première partie au Cercle. Les deux gars de Sainte-Thérèse, à Montréal, ont du suer leur vie dans le Scanner, parce que moi j’avais de la misère à y survivre en bougeant pas pendant juste la durée d’une chanson. J’ai jamais vu le Scanner comme une fournaise de même de ma vie et diable sait (non, pas dieu) que j’en ai vu des shows dans ce petit bar. Rat et Burger, respectivement les deux gars des Matchup, savent se faire remarquer. Non seulement dû au fait qu’ils ont une belle personnalité attachante, mais aussi parce que leur musique acoustique est rien de moins que sublime. Leurs chansons accrocheuses retrouvées sur un de leur deux bijoux sont toutes aussi excellentes les unes que les autres. On aura beau écouter leur musique aussi souvent qu’on veut pour se mettre au défi de se tanner. Impossible. J’ai fait le test et ça n’a pas fonctionné. Ensuite, ma deuxième plus belle découverte d’Envol et Macadam allait s’exécuter dans le four à bois du Scanner, The Splash. Le groupe d’Angleterre est venu de passage à Québec pour nous lancer leur punk rapide dans face. Définitivement dans mon top 5 de la fin de semaine. C’était tout simplement magique comme moment. Ils sont vraiment très bons et en plus, ils sont hyper-sympathiques. Le plus beau dans tout ça, c’est qu’après être attristée par la fin de leur set, je me suis rappelée qu’il jouait aussi le lendemain sur la scène Exo de l’Îlot-Fleury, comme quoi la vie est belle. Après être allée respirer de l’air frais extérieur, je suis rentrée pour aller voir les chums de Québec, Late Night Munchies. Leur ska pas mal entraînant m’a achevé, moi qui avait déjà beaucoup trop chaud. Malgré tout, c’était un super bon set. Dure d’imaginer que le lendemain pourrait être aussi plaisant que ce vendredi juste parfait.

http://the-carringtons.bandcamp.com/

http://goodbyesparta.bandcamp.com/

http://moovalya.bandcamp.com/ découverte d’E&M

http://juniorbattles.bandcamp.com/ coup de coeur

http://www.lessthanjake.com/

http://screechingweasel.com/news

http://thematchupband.bandcamp.com/

http://thesplashuk.bandcamp.com/ découverte d’E&M

https://www.facebook.com/pages/Late-Night-Munchies/21059162456} else {