Photo et Critique de Flak’N Birds


Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Flak N’ Birds suggère de « tuer » les adolescents! (hahaha, c’est de l’humour…)

Nous sommes le 10 octobre 2013, Montréal, PQ. Je suis chargé par UltimRadio de couvrir le lancement du premier album d’un groupe de la relève. Je me rends donc d’un pas décidé au Divan Orange, coin Rachel et St-Laurent . À l’arrivé, les représentants du groupe sont à la porte pour accueillir et discuter avec les gens et, dynamique commerciale oblige, pour faire de la promo (mais vous voyez, cela était très secondaire). L’ambiance est à la fête. Les sourires fusent.

9 h 30 montent sur scène trois jeunes hommes. Qui sont-ils ? Pourquoi se laissent-t-ils transportés par leur Art? D’abord, les présentations formelles : Flak N’ Birds n’est pas, au grand damne de certain, une analogie à un oiseau écrasé sur le bord de la 20… Flak signifie canon en allemand, m’apprend t’on. Pour le reste, chers lecteurs, nous n’insulterons point votre intelligence en spécifiant davantage. Les mecs ? Trois gars de la Mauricie, vibrants de conviction, passionnés de musique, engagés dans la réflexion sociale, particulièrement doués pour constater les travers de leur propre génération (Ce n’est pas donné ça!). Comment s’expriment-t-ils? Par un Indie Punk Rock prenant sa source dans ce qui se fut de meilleur au cours des 40 dernières années; Ramones, Sex Pistols, NOFX. Mais malgré tout, ils demeurent profondément originaux. Vos comparaisons seront aussi bonnes que les miennes, pour tant soit peu que vous vous déplaciez pour les voir ou achetiez leur premier Album : Kill The Teenagers

Une musique entraînante donna à plusieurs le gout de danser, de bouger, de
s’exciter. L’éducation des jeunes et des quelques hypsters présents (spéciale
dédicace aux autres) se fait à grand coup de chanson au rythmique rock,
mais à la sonorité définitivement punk. Leurs chansons sont un requiem à la
réflexion s’adressant directement aux intéressé(e)s de 14 à 21 ans!
Vous, la « jeunesse » qui d’ici 10 ans sera détrônée au profit d’une nouvelle.
OUI, c’est à toi que je parle! On (le rédacteur de ces lignes) se demande quel insecte à bien pu vous piquer. Ne vous inquiétez pas, nous ne vous jugeons pas! Comme votre Bieber, nous avons eu nos Backstreet Boys, comme votre Cyrus, nous avons eu notre Aguilera. Cependant, il n’y avait pas QUE ça!

Réveillez-vous. Allez voir ces groupes engagés et Indie (signifiant
indépendant (… de la grosse machine), pour les incultes). Commencez par
Flak N’ Birds. La musique que l’on écoute diffuse des sons, mais aussi des
valeurs, des points de vue, des opinions, et c’est gars la sont un modèle de
passion, ressentant profondément ce qu’ils expriment, du moins me
démontrèrent-ils lors de l’entrevue, désirant vivre de leur art,
indépendamment. Les « labels » tel que Mom and Pop basé à New York
aurait du flaire de ne pas les ignorer, humblement…

Un brin de nostalgie: J’ai revu cet été cette forme de respect que
les fans de musiques ont entre eux dans les slams (ou whatever comment t’appel ça): les coudes baissés, protéger ceux qui tombe et leur tendre la main pour ce relever, s’excuser pour un pied écraser(si par inadvertance…). On est loin des trolls, n’est-ce pas ? On fait de vous des monstres d’individualisme et de superficialité. Nous avons crainte du résultat dans 10 ans … Aucun pays ne c’est construit individuellement,
aucun.

Text et photo : Jean-Michel Gagnon