Critique, Trois-Rivières Métalfest 2013 jour2


Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Trois-Rivières METALFEST 2013 13e Édition Jour 2

Bon, jour 2!  « Ho my god! » on a monté en vitesse à Trois-Rivières, mais cette fois-ci avec un char qui démarrait!  C’est avec le même excellent disque de Jungle Rot dans le prélart que l’on s’est tapé un super warm-up avant le show.  En arrivant, ce fut un spectacle édifiant de voir que la foule était au rendez-vous, une masse grouillante de « big guys » arborant fièrement la barbe.  Effectivement, il y avait facilement le double de la veille, assez de gens pour faire monter la « steam » dans place et même faire décoller les pares-lumières de l’éclairage de base de la salle.  Juste assez clair pour laisser échapper un : « Crime fait ben trop clair pour un show métal icitte! » par la délicieuse Vanessa, une des félines de l’endroit…

C’est devant une foule attentive et réceptive que The Acacia Strain s’est présenté.  IL n’en fallu pas plus qu’un: « Put your fucking finger in the air!  Fuck the world! », Lancé par le chanteur Vincent Bennett, pour que la crowd s’active sur le champ!  Malgré tout, votre acolyte s’est contenté d’écouter le tout quelques secondes avant de se mettre à off ne se sentant pas du tout rejoint par le style.  Anyway, il fallait ben que j’aille me chercher une bière moi aussi!

Tant attendu, Shadows Fall a fait son apparition sur scène dès 20h30!  Brian Fair, de sa chevelure aux rastas tentaculaires, nous a enchaîné The Power of I and I ainsi que King of nothing, de façon si aisé qu’on voyait tout le professionnalisme déployé.  Le son, la présence et les séquences étaient rodé au quart de tour.  Appellant les circles pits, saluant les autres bands dont Battlecross, c’est un chanteur charismatique que nous avons découvert ce soir là!  Déchaînant la foule, ils ont mis la pédale au fond avec Weight of the World, Thoughts without Words, The light that Blinds, Stepping outside the Circle et War.  Seule ombre au tableau, ils ont cessé de jouer sans rappel après seulement 30 minutes, laissant 45 minutes de vide avant le prochain band.

Par contre, c’est lorsque Obituary est monté sur le stage que je savais que mon salut était assuré.  Malgré une posture statique, c’est le band le plus efficace que j’ai pu voir du festival!  Ce sont des musiciens sans failles et du son aux limites du supportable résonnant en douceur tel un instrument de perfection qu’ils ont réussi à caller des « Wall of Death » ainsi que les plus gros « Mush Pit » du festival!  Sérieux, ils valaient à eux seuls le déplacement, étant clairs, concis et efficaces, tout en se liant avec la foule!  Relax, ils décidaient des séquences et pièces en quelques échanges sur le stage pour faire tripper la foule!  J’avais l’impression d’avoir de vrais trippeux de métal devant moi.  De plus, ils n’ont pas hésité à tenir le fort jusqu’à 10h40, laissant à peine une pause de 20 minutes, contrairement à Shadows Fall.  Sérieux, pour moi ils sont la palme du festival!

On a fini la soirée avec Hatebreed!  Ay ay ay le hardcore était au rendez-vous!  Ce fut le moment où la foule a été la plus réceptive, Jamey Jasta invitant celle-ci à se coller à l’avant, les amenant aussi à se challenger de gauche à droite.  La réaction fut automatique!  Pas étonnant avec du son comme si on tirait au 12 à côté de votre lit les fenêtres fermées et des musiciens si talentueux.  Il est vrai qu’il fallait souligner la présence de Paul Romanko de Shadows Fall à la basse, qui avait appris le tout dans les dernières 36h.  Appelant sans cesse les circles pits, la foule s’est vraiment déchaînée dès le début.  Tous sautant et amenant la crowd à participer, on a vu des professionnels rodés en action!  Saluons le cover de Sepultura Refuse/Resist qui fut mon dernier sourire de la soirée!

En somme, Shadows Fall s’éclipsant rapidement, Obituary en triomphe et Hatebreed à leur hauteur ont fait de cette soirée un souvenir éternel…  5 hertz de perdu de range de chaque oreille!  Hellyeah! 😉

Previous Critique de Mute, Still Insane, Seven Days Ago et Retreat au Cercle le 5 octobre 2013
Next Photo et Critique de Flak'N Birds

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *