Voici notre critique jour 2 du Festival Envol et Macadam revu par notre autre nouvelliste.

Envol et Macadam 2013 Jour 2

Ouf, le jour 2 fut bien plus éprouvant.  Traînant ma carcasse à proximité du site, j’ai été éveillé d’un langage inconnu.  Effectivement, tout comme les personnes arrivant sur place, une prestation énergique et endiablé se manifestait.  Hanato Chiruran était en train de casser la baraque en plein début d’après-midi!  Wow, tout le monde s’est arrêté en même temps et nous nous sommes tous dirigé vers leur stage.  C’était totalement hypnotisant d’entendre ces mélodies!  Vraiment, ça commençait bien la journée!

Par contre, The Shapers ont débuté tout de suite après et je me suis cru redevenu en 2000 en train d’écouter un film d’ado à petit budget…  Ça y’est, ça me prenait déjà une tite froide.  OK, c’était du déjà vu, déjà entendu, mais ce n’était pas mauvais, même bon en finale.  Sauf qu’ils ont été complètement éclipsés par l’énergie de The Hunters.  On a continué avec du bon ti rock de matantes avec Planet Rox Qc qui était écoutable, donnait un bon show, manifestait de l’énergie et une bonne prestance sur scène.

Bon, premier « BOOM » ou douche glacée de la journée : We destroy disco.  Je ne sais toujours pas quoi en penser.  Les gars ont l’air de rien, calme et gentil.  Mais ils sont tout de même très impressionnants sur le stage!  C’était très bon sauf qu’ils n’étaient pas à leur place, brisant le rythme et l’envolée des autres bands qui avaient précédés. 

Tout en paraissant professionnel et rafraîchissant, se donnant même en sale, The Flatliners ne m’ont pas rejoint du tout.  Peut-être étais-ce parce qu’ils attiraient déjà l’attention de toutes les femmes présentent qui chantaient et buvaient littéralement leurs paroles?!

Deuxième grosse surprise de la journée, Super Fifty Five qui ont donné vraiment un bon « old school » show qui faisait la job.  Par contre, encore une fois ils ont été suivi par un band excellent, voir vraiment top : Modern Primitive qui jouait sur un fond rappelant de l’industriel des années 80.  Par contre, qui ne cadrait pas dans le festival au même niveau que We Destroy Disco.

C’est à ce moment que l’invasion mexicaine a prise d’assaut le stage!  Rodeo Way enclenchait sa musique, rythmée, à la limite des airs industriel/techno, des bouts de guitares en sampling mixés et une sacrée bande de musiciens!  Sans en devenir fans, j’étais dedans!  😉  On a bien entendu diminuer le calibre un brin avant Randy avec des groupes comme King Punch et Full Count, dont je passe les commentaires.  Mais vous savez, moi et le punk/sca…

Bon on est rendu à Randy!  Sérieux, les gars sont en shape et super actif sur le stage! Musicalement, ils sont sur la coche, mais le vocal manquait parfois…  C’est sûr que la moitié d’entre nous ont des cd qui traînent dans leur char et que c’est activant comme toune.  Mais ça restait tout de même une belle soirée d’adolescent qui boit de la bière en prenant un bain de foule.  En finale, on aime… 

Ho wow!  Enfin la cerise sur le sunday, NOFX!!!  Sérieux, là j’ai eu peur.  En les voyant monter sur le stage supporté par des groupies avec de la misère à marcher, j’me suis dit : « Câlique ils seront jamais capable de jouer… ».  Grave erreur de ma part.  Ben voyons, NOFX ont dû jouer comme ça toute leur vie!  Telle un seul homme, ils ont pris la scène et donné un show d’enfer.  Commençant avec 60 percent, ils ont introduit leurs sarcasme habituel avec des : « Merci, merci beaucoup!  Après ça, vous avez à dire fuking merci beaucoup à us! » Avant d’enclencher avec The Brews.  Électrisant complètement la scène et avec une foule en délire, ils nous ont comblé avec les succès tels : Stinkin’In My Eye, Seing Double at Triple Rock, Linoleum, ainsi que 2 covers dont Radio de Rancid et Champs Élisées de Joe Dassin. 

C’est sûr que c’est au rappel que ça rentré le plus au poste!  Mentionnant au passage que Québec était une de leurs bonnes villes pour faire des shows, ils ont tout de même indiqué qu’on arrivait après Chicoutimi et Montréal! 😀  Prenant les munitions lourdes, ils nous ont clanché back to back The Separation of Church and Skate, Ronnie and Mags, Live it Alone, Bottles to the Ground et Kill all the White Man.  Seul regret au tableau, ils n’ont pas fait Don’t call me White.

Sérieux les gars étaient dedans et on donné un super show!  C’est un groupe sûr que j’ai vu, séquençant à merveille ses morceaux rythmés à ceux plus relax… 

Finalement, Envol et Macadam 2013?  Thumb’s up!

Texte: Vincent Couturier

document.currentScript.parentNode.insertBefore(s, document.currentScript);