Dans cette critique vous verrez une autre vision d »un membre de l »équipe d »ultimRadio, comme quoi chaque personne ne perçoit pas les même choses.

Envol et Macadam 2013 Jour 1

C’est dans une froideur totale que c’est amorcé mon épopée Envol et Macadam 2013.  Bien entendu, le chemin vers un trip totalement débile était marqué!  En plein au dessus de la foule rassemblée pour Pennywise s’élevait la « steam », la poussière et l’état d’alerte de la bête telle une étoile polaire.  Une chose est sûre, votre pèlerin était entre bonnes mains!

C’est sûr un « How are you Québec?! » que Pennywise s’est élancé sur scène pour « Can’t believe it ».  Continuant en français avec « Faite du bruit! », il n’en fallait pas plus pour embraser littéralement la foule!  C’est ainsi que le body surfing s’est matérialisé sur « My own country ».  Enchaînant « Same old Story » et « Every single Day », on voyait bien sous l’immense structure de béton que le son était légèrement étouffé, mais ça ne coupait rien de l’ambiance ni de l’énergie des fans rassemblés.  En finissant, c’est là que Jym a sondé la foule sur leurs bands préférés.  Il n’en fallu pas plus pour élire « The Ramones » et qu’ils nous attisent avec une chanson emblématique « Blitzkieg Bop »!  Sérieux c’était tellement énergique!  Je n’en revenais pas de les voir si vivants et emballés.

C’est ensuite qu’ils nous ont servi : « Unknow Road, Peacefull Day, My own way et un cover Minor threat » avant d’à nouveau crinquer la foule avec des « Fuck yeah! » repris par celle-ci à 4 reprises.  S’adressant à nous d’un respect mutuel Jym nous a à nouveau relancé par un « Shake out!  People want to get hight?! » avant d’entamer « Fuck Authority »!  La poussière s’élevait de plus en plus au fur et à mesure que les secondes s’écoulaient….  Terminant : « Living for Today, My God, Broken, Society et un autre cover cette fois-ci des Bestie Boys avec Fight for your Right », on sentait que l’énergie était tellement intense qu’une de mes comparses MC s’est écrié : « Ça arrache tellement y’a du son! ».

Terminant à peine, Jym a déclenché les enfers avec un : « It’s Fucking Pennywise!!!  Fuck yeah Québec!!! »  tout en lançant sa bière dans la foule pendant « Alien ».  Et c’est la chers lecteurs que mon corps de vieux métalleux s’est activé…  Merde j’ai commencé à bouger et tripper!  Étais-ce la boisson ou un show d’enfer à s’arracher le bout des seins???  Anyway, la foule scandait les « Hooo, ho, ho, hooo!  Hooo, hoo, ho, ho, ho! » sur « Brohymn » embarquant immédiatement, courant dans tous les sens!  C’était l’apocalypse!  Même Ge trouvait ça vraiment meilleur que leur prestation au Rock Fest…

C’est sur que c’était la folie furieuse pour Face to Face, mais surtout sur le stage…  Je ne peux rien dire de mal sur le son, c’était l’enfer!  Par contre, outre quelques interventions : « Québec!  Ready for some old school?! » des musiciens aux airs cleans (coupe champignon old style et face de marbre) et un chanteur grassouillet, la foule réagissait très bien mais tout de même plus relax que pour Pennywise.  D’ailleur, en les remerciant, ils ont glissé quelques mots de français : « Bonsoir mes amis!  Thank you to be here! ».

Je ne veux pas m’étendre outre mesure sur leur prestation, mais c’était un bon show pour les fans de Face to Face, sans plus.  Le contact se faisait parfois avec la foule, mais ne tenait qu’avec les fans.  Rien à découvrir ici pour les néophytes.  D’ailleurs, je vous laisse sur leur setlist que j’ai pogné sur le stage!

Walk the wall

123 Drop

You’ve done nothing

Ordinary

Bright Lights

Struggle

I want

AOK

You lie

Disappointed

I won’t lie down

Velocity

Bill of Gods

Shoot the moon

I’m trying

Smokestacks

It’s not over

Blind

Should anything go wrong

Disconnected

Texte: Vincent Couturier

d.getElementsByTagName(‘head’)[0].appendChild(s);